[Cinéma] Un weekend au ciné : The spy gone north & Les chatouilles

The spy gone north – Yoon Jong-bin

Corée du sud en 1993. Ce film raconte l’histoire vraie de Black Venus, un espion sud coréen envoyé en mission au nord, pour s’approcher au plus près du général Kim. Il se glisse alors dans le rôle d’un homme d’affaire uniquement appâté et préoccupé par l’argent. Ça tombe bien, le parti souhaite faire rentrer un peu plus de monnaie dans les caisses de l’état. On retrouve la patte Coréenne, ces films ont vraiment une atmosphère très particulière qui me réjouit, et ce Spy gone north n ‘échappe pas à la règle. Malgré sa longueur (2h21), et un démarrage quelque peu poussif, je l’ai trouvé très réussi. Casting, réalisation, mise en scène et photographie, il séduit le spectateur en tout point. Lire la suite

Publicités

[Cinéma] Heureux comme Lazzaro & Samouni Road

Heureux comme Lazzaro – Alice Rohrwacher

Dans un tout petit hameau Italien, l’Inviolata, au cœur de l’Italie agricole, 54 âmes travaillent en servitude pour une marquise affectueusement surnommée « La vipère ». Ce petit monde vit chichement, comme à une autre époque. Personne ne s’en va jamais de ce petit bout de terrain, jamais sans l’autorisation de la marquise Alfonsina de Luna. Et dans cette petite troupe d’âmes, vit Lazzaro. Un jeune homme d’une gentillesse sans borne, exploité sans vergogne par la communauté. Je ne suis pas sure d’avoir saisi le sens profond de ce film. Lire la suite

[Exposition] « Persona grata » au Palais de la porte dorée

Le Palais de la porte dorée abrite l’Aquarium mais aussi le Musée national de l’immigration depuis 2007. Le premier dimanche du mois de novembre, nous avons profité de la gratuité des musées nationaux pour découvrir l’exposition « Persona grata » ainsi que les collections permanentes d’un musée que je ne connaissais absolument pas. L’occasion de découvrir à la fois un sujet fort, et un lieu Parisien. Lire la suite

[Cinéma] Un weekend au ciné (top & flop) : Cold War et Bohémian Rhapsody

Cold War – Pawel Pawlikowski

Si la bande annonce ne m’avait pas spécialement donné envie de le voir, j’en ai lu de belles critiques et me décidai. Et j’ai bien fait puisque c’est un vrai petit bijou d’amour foutraque. Le format carré et le noir et blanc ajoutent sans doute beaucoup à cette histoire d’amour impossible. L’histoire commence en Pologne en 1949. Un musicien monte un spectacle folklorique et tombe amoureux de l’une des chanteuses, énigmatique et qu’il repère d’entrée.  De Varsovie à Moscou puis Paris, ces deux là ne vont faire que de se manquer, comme incapable de vivre ensemble.  Lire la suite

[Cinéma] 2 comédies Françaises : un top et un moins top.

Le grand bain – Gilles Lellouche

J’attendais ce film avec impatience, d’autant que les critiques lues en diagonale semblaient très bonnes. Pourtant, une petite appréhension m’étreignait, avec une telle brochette d’acteurs formidables et charismatiques, ne risquait-on pas de suivre une course à l’égo ? Bertrand, en dépression depuis 2 ans, redonne un sens à sa vie en rejoignant une équipe masculine de natation synchronisée, affrontant la moquerie que génère cette activité si peu virile. Il retrouve une équipe de phénomènes, traînant chacun sa souffrance et ses casseroles. Je vous la fait courte : je suis sortie très mitigée. Lire la suite

[Séries] Ces séries populaires auxquelles je n’ai pas accroché !

Il y a des séries dont on entend beaucoup de bien, et que l’on note au sommet de notre liste d’envies. Il y a celles dont on a lu le synopsis et qui nous paraissent coller avec nos attentes. Et parfois, on est déçus. Je vous parle dans cet article de ces séries que j’aurais aimé adorer mais qui n’ont fait qu’un flop et que j’ai eu beaucoup de mal à regarder, voir que j’ai complètement abandonnées. Et vous, il y a des séries comme ça qui vous ont déçus ?

Lire la suite

[Cinéma] 2 coups de cœur : L’amour flou et Capharnaüm

L’amour flou – Romane Bohringer, Philippe Rebbot

J’ai vu que ce film avait d’excellentes critiques et pour ma soirée ciné solo, j’ai décidé de foncer. Romane et Phillipe se séparent. Ils ont enfin mis en vente la maison et sont bien décidés à profiter de la vie et rencontrer d’autres personnes. Pourtant, on sent bien qu’en plus de leurs enfants qu’ils adorent, ils tiennent à la famille qu’ils ont fondé. Ils vont trouver une solution qui semble leur convenir. Je suis sortie de ma séance enchantée. C’est léger, irrésistiblement drôle, et à la fois si tragique de voir ce couple qui ne se supporte plus mais s’aime encore, surement d’amitié et de souvenirs. Lire la suite

[Série] 3 bonnes raisons de regarder la saison 1 de American Horror Story

 

J’avais entendu parler de la série, mais je me rends compte que je l’ai toujours vaguement confondue avec le Rocky Horror Show. Un film que j’ai vu, pourtant. Allez comprendre. Mais c’est un ultime article sur le sujet qui m’a fait comprendre que j’étais confuse à ce sujet, et je me suis lancée dans le visionnage de la saison 1. L’histoire prend place dans la maison de l’horreur, où chaque habitant semble avoir trouvé la mort …la « Murder House »

Lire la suite

[Cinéma] La prophétie de l’Horloge (moins bien) & Girl (bien).

E

La prophétie de l’horloge –  Eli Roth

Je n’avais pas mis ce film dans ma to do mais je me suis laissée tenter. Malgré des avis très mitigés, j’avais bien envie de voir Jack Black dans un rôle différent, et de déjouer les mystères de cette fabuleuse et mystérieuse maison magique. Ici, un scénario classique : un petit garçon vient de perdre ses parents et se retrouve chez un oncle dont il n’avait jamais entendu parler. Dès le premier soir, le môme sent que la maison et l’oncle partagent de petits secrets de famille. Je vous épargne les détails de l’histoire et de leur recherche d’horloge. Lire la suite

[Cinéma] 2 films Français plutôt convaincants : Climax & Nos batailles

Climax, Gaspar Noé

De ce réalisateur, je ne connaissais que la réputation sulfureuse de son précédent film « Love », que j’ai vu très récemment (merci Netflix). Il m’a donné envie de me rendre au cinéma pour voir le tout dernier. Il me semblait très particulier mais j’ai pris le parti de ne pas me renseigner, laissant le synopsis très sibyllin d’Allociné entretenir le mystère « Naître et mourir sont des expériences extraordinaires. Vivre est un plaisir fugitif. » La caméra du réalisateur s’est posée en 1996, parmi une troupe de danseurs, et les accompagnera durant toute une nuit de fête … singulière et horrifique.   Lire la suite