[Cinéma] The dead don’t die & La lutte des classes

The dead don’t die – Jim Jarmusch

Ce film a été présenté en ouverture du festival de Cannes 2019, le mardi 14 mai. J’en ai profité pour le voir le même soir au cinéma. De Jarmusch je n’ai vu que Paterson, un film lent et doux porté par son comédien principal Adam Driver. Cette fois-ci, Jarmusch nous campe une situation pré-apocalyptique à sa façon, dans laquelle les animaux ont disparus, le jour se prolonge bien plus que de coutume, les humains flairent eux aussi une situation anormale. La Terre aurait été déplacée de son axe pour des raisons économiques et financières, le gouvernement assurant que cela ne changerait rien, et pourtant, tout change et … les morts se réveillent. Lire la suite

Publicités

[Spectacle] « Nous les humains » la tragi-comédie de fin du monde.

 

Nous les humains – Par Maryvonne Beaune

Je vous le dis pour que vous ne croyez pas que j’essaie de vous influencer … je ne savais pas ce que j’allais voir. J’ai reçu une invitation à laquelle j’ai répondu favorablement car j’ai aimé ce nom … Maryvonne Beaune. Ce pourrait être le nom d’une héroïne Flaubertienne tellement ça sonne à l’oreille. Beaune comme la ville bourguignonne célèbre pour ses hospices, son festival du film policier et son vin, et Maryvonne comme un prénom délicieusement démodé.  Maryvonne est comédienne. Elle a choisi la scène, le rire, l’expression corporelle et théâtrale pour délivrer des messages qui lui tiennent à cœur. Lire la suite

[Séries] Trois séries en format court : The Promised Neverland, Brooklyn Nine-nine & Big Mouth

The Promised Neverland – Mamoru Kanbe et Kaiu Shirai

Nous venons de terminer la saison 1 de cette animé conseillée par un ami. Les épisodes sont courts, puisqu’ils ne durent guère plus de 25 minutes chacun. C’est l’histoire de ce qui semble être un orphelinat, Grace Field House, où vivent de nombreux d’enfants âgés de 0 à 12 ans. Ils sont élevés par une femme qu’ils appellent tous « Maman », dans la joie et le tumulte de l’enfance. Puis un jour, dès l’âge de 6 ans pour certains, jusqu’à 12 ans pour d’autres, ils partent, adoptés, vers leur nouvelle vie. Cependant, deux enfants découvrent un jour le pot aux roses … Une série à multiples rebondissements. Lire la suite

[Cinéma] Coming Out et Pokémon Détective Pikachu

Coming out –  Denis Parrot

Ce documentaire est une compilation de vidéos you tube tournées entre 2012 et 2018. Dans ces vidéos personnelles, de jeunes adultes racontent ou mettent en scène leur « coming out », ce moment anxiogène où ils ont annoncé à leur famille leur homosexualité ou leur transgenrité. La plupart des réactions sont compréhensives, d’autres, plus rares, choquantes. Malgré un petit effet « catalogue » que donne cette compilation, le spectateur se retrouve rapidement happé par ce documentaire intense et (très) court. Lire la suite

[Cinéma] Petrunya & Les crevettes pailletées : ou le refus de la discrimination.

Dieu existe, son nom est Petrunya -Teona Strugar Mitevska

Décollons pour Stip, petit ville de Macédoine, dans les Balkans. Petrunya a 32 ans, vit avec ses parents et souffre de gigantesques problèmes d’estime d’elle-même. Diplômée en Histoire, elle ne parvient pas à trouver d’emploi dans un pays où le chômage frappe durement. Par pure impulsion, elle se retrouve à attraper la croix sacrée qu’un prête orthodoxe vient de jeter dans l’eau à une bande de mecs nerveux. Manque de bol, la « compétition » est interdite aux femmes, et l’opprobre est jetée sur Petrunya. J’ai aimé la manière dont le film parle d’affirmation de soi, en tant que femme, et plus largement en tant qu’être. Lire la suite

[Lecture] 3 lectures inspirantes : créativité, spiritualité et rapport à l’animal.

Je vous en ai déjà présenté quelques uns. Il s’agit de livres qui m’ont donné un élan, un courage, ou une inspiration. Souvent les trois à la fois. On les appelle livres de développement personnel mais pas seulement, parfois ils permettent d’entériner une nouvelle décision, une règle de vie, et de se donner le courage de continuer, et la compassion nécessaire.

Dans cet article, il sera question de créativité, de spiritualité et de rapport aux animaux.


Lire la suite

[Cinéma] l’Amérique du Sud au Nord : 90’s et Les oiseaux de passage.

90’s – Jonah Hill

Filmé en 16 mm et en format 4:3 avec des caméras de 1995, la réalisation nous plonge dans l’Amérique des années 90. D’après le titre original, nous sommes même au milieu de la décennie  90, dans la  banlieue Américaine de Los Angeles. On doit être au cœur de l’été, personne ne va à l’école, et le petit Stevie se met à skater pour traîner avec une bande de jeunes skateurs. Au début, le môme est heureux d’être de plus en plus accepté, il a cette sensation d’être cool quand à la maison il est le petit chéri d’une mère absente et le souffre douleur de son grand frère. Un ado en quête d’identité, qu’il va chercher au dehors. Lire la suite

[Cinéma] Deux petites productions étrangères : La miséricorde de la jungle et Ne coupez pas

La miséricorde de la jungle – Joël Karekezi

A la frontière entre le Rwanda et le Congo, en 1998, durant la deuxième guerre du Congo, deux soldats se retrouvent seuls, ayant perdus de vue leur régiment un beau matin. C’est l’histoire de leur survie dans une jungle dense, de la lutte pour manger, boire, ne pas se faire tuer par les mitraillettes et les machettes des rebelles, la malaria des moustiques, la faim, la soif, la peur … le réalisateur a vécu l’enfer durant le génocide Rwandais et son film se veut un plaidoyer pour le pardon. Lire la suite

[Cinéma] Spécial LV2 Espagnol : Los silencios & El Reino

Los silencios – Beatriz Seigner

A la frontière entre le Brésil, le Pérou et la Colombie, existe une île. Une femme y accoste une nuit avec ses deux enfants, elle a fuit les conflits armés Colombiens qui meurtrissent la population. Son mari y a vraisemblablement laissé la vie. Elle va alors se battre pour nourrir ses enfants et obtenir réparation, mais le chemin n’est pas aisé surtout lorsque l’on a jamais retrouvé le corps. Lire la suite

[Cinéma] J’veux du soleil – François Ruffin

François Ruffin – J’veux du soleil

François Ruffin est connu pour avoir fondé le journal «Journal fakir » et produit un documentaire choc « Merci Patron ». Il est désormais aussi un élu, député dans le groupe du parti France Insoumise. Intrigué par ce mouvement spontané et populaire qui a appelé à bloquer rond points et péages le 17 nov 2018, il a décidé de partir à leur rencontre.

Les gilets jaunes avaient 3 semaines d’existence et déjà, l’image de « gaulois réfractaireS » un peu stupides et grandes gueules leur collait à la peau. RUffin et Gilles Perret nous montrent une autre réalité. Pour être honnête, on s’en doutait un peu que la France qui galère a de multiples visages. Et il était intéressant de leur donner de la voix, de leur permettre de témoigner. Ce qu’ils ont à dire est très révélateur : entre les lignes, ils nous parlent d’humanité, d’union, de communion entre les êtres. Ils nous parlent de ce mouvement comme d’un élan de chaleur humaine, qu’isolés chacun dans leurs ennuis, ils n’avaient plus connu.

Alors la taxe carbone a fait débordé le vase, la coupe était pleine de ce mépris présidentiel. Rendez nous notre liberté de travailler, de gagner de l’argent, d’élever nos enfants, d’être des personnes et non des consommateurs ou des exclus. Voilà ce qu’ils veulent.
Voilà ce que l’on veut tous. Et si politiquement il n’en sortira peut être que des mesurettes, le message est lancé vers le ciel comme un appel à l’union des êtres humains contre un système fou qui nous brise et brise les lois de la nature.

Un regard émouvant, triste aussi, mais indéniablement porteur d’espoir en ce que nous sommes et ce que nous faisons sur cette Terre. Ça change de BFM TV.

Avez-vous entendu parler de ce documentaire ?