Ça, de Andy Muschietti : une adaptation réussie?

Ça, de Andy Muschietti

« Ça ». Qui n’a pas lu les romans de Stéphen King, ou regardé les Téléfilms de 1990 ? Ma génération a été largement marquée par ce clown maléfique, et certains en gardent une furieuse terreur. Je me rappelle avoir été happée par l’atmosphère du roman, et de la petite ville de Derry qui enregistre un nombre plus élevé qu’ailleurs de disparitions, notamment d’enfants. L’adaptation d’Andy Muschietti suit fidèlement la première partie du roman, mais a déplacé son histoire dans le temps puisque l’histoire débute en 1986 alors que Stephen King l’avais située en 1956.  Une manière de rendre hommage aux 80’s. Lire la suite

Publicités

Faute d’amour, d’Andrey Zvyagintsev.

Faute d’amour ,  Andrey Zvyagintsev

 Alyosha vit à Moscou avec sa mère. Son père passe de temps en temps dormir sur le canapé, en attendant de vendre l’appartement familial. Le petit prend de plein fouet la violence de ce divorce, et de l’indifférence de ses parents à son égard. Un soir, il saisit une conversation entre son père et sa mère, chacun rejetant la charge du petit sur l’autre, aucun des deux ne souhaitant sa garde, préférant commencer une nouvelle vie sans ce môme qui rappelle l’autre. Le lendemain soir  Alyosha ne reviendra pas chez lui. Ni les jours suivants. Lire la suite

Revue cinéma : Good Time & Mon garçon

Good time,  Ben Safdie & Joshua Safdie

Décidément Robert Pattinson décroche des rôles pour le moins inattendus et singuliers. Dans Good Time, il interprète Connie, un mec simple qui cherche un peu d’argent pour partir à la campagne avec son frère, déficient mental, auquel il est très attaché et à qui il souhaite offrir une vie meilleure. Au cours d’un braquage qui tourne mal, Connie s’enfuit mais son frère se fait attraper. S’engage alors une course contre la montre pour retrouver Nick et s’enfuir avec lui. Une longue nuit commence dans les bas fond de New York. Un monde singulier, peuplé de personnages étonnants, et théâtre de rebondissements inattendus. Lire la suite

Un diner aux Vignes du Liban (Paris 15ème).

Une fois n’est pas coutume, je dînais dans l’Ouest Parisien, station Vaugirard. En plus de ce voyage au cœur même d’un quartier relativement méconnu, je décollais pour le Liban, ses taboulé, ses houmous, et encore ses petits beignets aux différentes saveurs. Découvert, un peu par hasard sur la Fourchette, une fois de plus, je réservais un jeudi soir pour 3 personnes. Nous sommes arrivées à 19h30 et sommes restées jusqu’à 22h passées. Qu’il s’agisse de l’accueil ou de la cuisine, Les vignes du Liban passe le test. Lire la suite

Revue ciné : Les grands esprits & Petit paysan

Les grand esprits – Olivier Ayache-Vidal

La bande annonce ne m’inspirait pas particulièrement mais quelques articles m’ont fait changer d’avis, et un film léger de temps en temps, ça ne fait pas de mal. Avec Denis Podalydès en tête d’affiche, il me semblait que je ne prenais pas trop de risques. François Foucault est professeur de littérature au Lycée Henri IV, la meilleure prépa de France. Habitué à enseigner aux élites de demain, de les houspiller voir de les casser franchement, François a légèrement la grosse tête du Professeur satisfait. Jusqu’au jour où, par un concours de circonstances, il se retrouve à enseigner dans un collège du 93. A la tête d’une classe de 4ème cosmopolite, son envie d’enseigner lui reviendra … Lire la suite

Une soirée au théâtre: Ludwig, par Olivier Schmidt

Connaissez-vous Ludwig ? Encore appelé Louis II de Bavière, quatrième roi de Bavière. Un personnage fantasque, qui s’était inventé sa propre royauté, loin des conventions et des contraintes incombant à son rang. Un roi plus versé dans la satisfaction de ses pulsions que dans la gouvernance de son territoire, qui finira par se jeter dans un lac après avoir été déclaré fou et interné. Un destin particulièrement tragique marqué par ses passions pour les arts et les jeunes hommes. Une réjouissante idée de pièce de théâtre. Lire la suite

4 raisons de regarder la saison 1 de « This is us ».

This is us, Dan Fogelman

Entre deux séries sérieuses ou dramatiques, voir les deux, on aime bien visionner une série plus légère voir comique. On intercale ainsi le rire et les larmes. Nous avons choisi, dans le rôle de la série légère, « This is us », dont j’avais entendu beaucoup de bien sur les réseaux sociaux. Kate et Kévin sont les jumeaux d’extraordinaires parents, Randall est le troisième larron, adopté. Ils ont aujourd’hui 36 ans, et c’est eux que l’on va suivre, en alternance avec leurs ascendants. Entre l’adoption de Randall, le gros problème de poids de Kate, et les difficultés de Kévin dans sa vie professionnelle et sentimentale, il y a  de quoi s’occuper. Lire la suite

Patti Cake$, un feel good moovie réjouissant

Patti Cakes, de Geremy Jasper

J’allais voir Patti Cakes sans grande conviction, mais avec plaisir tout de même. La jeune Killa P rêve de rapper, alors que sa mère a hérité d’une voix, elle a hérité des mots. Son meilleur ami la pousse dans ce sens, lui donne confiance, et la rencontre avec un troisième larron fait naître un groupe de musique légèrement barré. Patricia Dombrowski, apprendra au cours du temps, à se faire confiance, à encaisser les coups, à grandir par le deuil, à renouer avec celle qui lui a donné la vie, et à croire en ses rêves. Un beau récit initiatique sur fond de musique rap tout droit venu du New Jersey. Lire la suite

Revue cinéma : Wind River & Dans un recoin de ce monde.

Wind River,Taylor Sheridan

Cory Lambert traque les bêtes sauvages sur la réserve Indienne de Wind River au Wyoming. Son univers c’est la neige, le froid, les animaux, et les membres du peuple amérindien, oubliés du gouvernement Américain. Alors qu’il chasse une grosse bête féroce, c’est une frêle jeune femme qu’il retrouve dans la neige, une jeune femme du coin, nommée Nathalie. Morte dans le silence blanc du manteau neigeux.  S’ensuit une enquête périlleuse menée en collaboration avec une jeune femme du FBI, a priori pas capée pour ce type d’univers.  Lire la suite

Mipi, un restaurant Italien où manger de mini pizzas (Paris 8ème) !

Vous aimeriez déguster une bonne pizza mais avec votre appétit d’oiseau vous en laissez toujours? Vous aimez beaucoup la pizza mais vous vous lassez à mi-chemin et préféreriez en manger des petites mais avec des garnitures différentes ? MiPI est fait pour vous puisque l’enseigne, située à quelques encablures de l’Opéra Garnier vous propose des pizzas napolitaines de petites taille, soit 18cm, comme en Italie. Préparée avec des ingrédients de qualité,  elle vous permettent de garder de la place pour un entrée et/ou dessert.  Lire la suite