Thelma, de Joachim Trier


De Joachim Trier, j’avais aimé son délicat Back Home. Je me rendais donc avec enthousiasme découvrir son dernier né, Thelma, qui promettait un scénario psychologique teinté de surnaturel. La jeune Thelma quitte le nid familial pour aller étudier à Oslo, et se retrouve seule, et sans ami, pour la première fois livrée à elle même. Mais elle fait rapidement la connaissance de la jolie Anja, dont l’amitié la perturbe plus que de raison. Dès ce moment, Thelma se découvre atteinte d’une drôle de maladie qui la plonge dans des sortes de crise d’épilepsie. Tout dans ce Thelma est symbolique et nimbé de mystère. Lire la suite

Publicités