Petit pays de Gaël Faye : dur, mais beau.

1Ce roman, prix Goncourt des Lycéens, m’a été offert pour Noel. Sa couverture bleue, sobre, laissait deviner, au travers des quelques lignes de résumé, qu’il ne serait pas facile à lire. Gaby habite le Burundi. Il voit sa maison, ses parents, son impasse, ses copains, comme immuables, paradis d’éternité que rien ne pourrait venir troubler, pas même les rumeurs inquiétantes, au loin. Il est difficile de vous raconter l’histoire de cet enfant sans en dire trop, vous devez connaitre l’Histoire, les Hutus contre les Tutsis, les espoirs et les hommes massacrés, en 1994. L’écriture de Gaël Faye est douce, très poétique pourtant …

Un roman dur …

Malgré la douceur de ses mots, la beauté de ses phrases, toute la cruauté de son récit serre le cœur. Les premières pages donnent le ton, ça ne va pas être une partie de plaisir. Puis au fil des pages, c’est le souvenir que j’ai de cette époque terrible qui me revient, des cauchemars que les reportages TV me faisaient faire. Ce génocide au Rwanda, et la guerre qui a éclaté tout autour comme une infection, avait laissé une impression durable sur la petite fille que j’étais. Pourquoi massacrer ses voisins ? Parce qu’ils ont un nez différent ? Vraiment ?

Mais beau !

Avec les mots d’un homme adulte, replongé dans son enfance, le lecteur se trouve happé dans une irrémédiable histoire de guerre civile, de l’intérieur, sans répit. L’innocence de ces drôles de gamins est mise à mal au fil des pages. Je suis sortie de ma lecture les larmes aux yeux et le cœur broyé, fatiguée, lassée et véritablement mal. Je ne sais pas si ça valait le coup, si je suis contente de l’avoir lu, si cela avait un réel intérêt pour comprendre ce morceau d’histoire. En revanche, c’est un broyeur de sentiments, j’en suis sortie lessivée.

Petit pays c’est dur, c’est cruel, avec de minuscules rayons de soleil, juste assez pour ne pas vous faire refermer le livre. Et vous ne le refermerez pas, parce que le ton est juste, parce que le style est fin, parce que c’est beau, et bourré de sensibilité. 

Et vous, vous l’avez lu ? 

Publicités

13 réflexions sur “Petit pays de Gaël Faye : dur, mais beau.

  1. Julia de la Juliaterie dit :

    Je le mets dans ma liste alors, mais je ne le lirais pas tout de suite, je ne me sens pas les épaules tout de suite maintenant.

  2. Corentine dit :

    A force d’en entendre parler, de le voir de partout, j’ai un peu été dégoûtée par ce livre sans même l’avoir lu… Je ne doute pas de ses nombreuses qualités. Je le lirai peut-être dans quelque temps, quand il se sera fait oublier.

    • auroreinparis dit :

      Je n’avais pas prévu de le lire,’était un cadeau car sans ça,je pense que jamais je ne l’aurais lu.Un peu aussi à cause de ce même sentiment que toi ! D’ailleursj’ai surement été plus dure lors de ma lecture, l’attendant au tournant.Et pourtant je l’ai terminé en larmes.Laisse passer le temps, et prend le dans une bibliothèque dans quelques années;)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s