Wild – Jean Marc Vallée

photo 2 (1) - CopieJ’ai découvert Jean Marc Vallée en 2006 avec C.R.A.Z.Y, et je vois tous ses films depuis, il m’a particulièrement bluffée l’année dernière avec Dallas Buyer Club. Je suis adepte de son travail car ce réalisateur se renouvelle à chaque opus, nous livrant toujours une oeuvre différente, un regard nouveau, une réalisation propre à chacun de ses films, bref, il se réinvente à chaque fois. Me voilà donc impatiente de découvrir Wild, l’histoire vraie d’une femme dont la vie part à vau-l’eau depuis le décès de sa mère. Elle ne s’épargne rien pour se détruire, malgré son mariage avec un homme amoureux, elle connait une descente aux enfers, plongeant dans le monde de la drogue.

N’en pouvant plus, suite à une prise de conscience, elle se décide à passer trois mois en solitaire à marcher, affrontant la chaleur, l’inconnu, la peur, le froid, la fatigue, la solitude mais surtout elle même. Le film alterne les flashbacks et le présent, ce qui permet au spectateur de comprendre le cheminement de Cheryl, de comprendre sa folle entreprise et ce que cela peut représenter pour elle. Trois mois de marche , 1700 km à pieds, sans aucune expérience de la randonnée. Avec ses citations tout au long du parcours, elle devient une sorte de légende chez les autres randonneurs. Je ne me suis pas ennuyée, et je salue la performance de Reese Witherspoon qui porte en grande partie le film.

L’alternance séquence de marche et flashbacks donne un vrai rythme au film, exposant ses douleurs passées et présentes. On sent que cette femme marche vers une nouvelle vie, qu’elle quitte son deuil à chaque pas, et j’ai été étreinte par l’émotion à plusieurs reprises. Les paysages grandioses accompagnent également le spectateur, beauté brute et sauvage. Cependant, « Wild » est le film de Jean Marc Vallée qui m’a le moins convaincue. Parce que j’aurais attendu plus de folie dans la réalisation au lieu de ce classicisme très formel. Il n’a pas l’émotion folle et l’originalité de Café de Flore, ni le grain de folie de « Dallas Buyer Club ».

Pour résumer, l’interprétation de Reese Witherspoon est puissante, les grands espaces sublimes et l’on ne s’ennuie pas. On pourra cependant lui reprocher une réalisation trop classique, un manque de peps, et de suspens.

Publicités

17 réflexions sur “Wild – Jean Marc Vallée

  1. tinalakiller dit :

    J’avoue ne pas faire de ce film une priorité. Disons que je n’avais pas trop aimé Dallas Buyers Club et j’ai peur de retrouver les mêmes défauts – enfin selon moi bien entendu – et surtout de ne pas voir que les cheveux dégueulasses de Witherspoon et de beaux paysages… ça sent l’académisme…

  2. potzina dit :

    J’aime beaucoup les films de Jean-Marc Vallée et, même si tu émets quelques réserves, j’ai bien envie de voir celui-ci aussi 🙂

  3. Audrey dit :

    J’en ai entendu parler que très récemment. J’ai trouvé que ça avait l’air très beau ! L’histoire n’a rien à voir mais ça m’a fait penser à Into the wild ! 🙂 Faudrait que j’arrive à aller le voir…

    • auroreinparis dit :

      Oui vu le titre et son aventure dans la nature ça fait bien penser à Into The Wild, mais il est tout de même moins poétique et moins émouvant … Il reste cependant un bon film !

  4. filou49 dit :

    Aie, le coté académique de la réalisation je le reprochais déjà pour dallas buyer club que tu dis avoir adoré et qui moi m’avait un peu géné pour cela d’autant plus que les deux premiers films du cinéaste lorsqu’il tournait encore au Québec, témoignaient d’une vraie recherche formelle et d’une vraie identité ..son passage à Hollywood l’a un peu aseptisé à mon sens …
    et puis les histoires de recherche introspective en pleine nature m’ennuient toujours un peu ( même into the wild à la trame presque identique), c’est mon coté urbain ca j’ai besoin assez vite de néons de la ville, et de bétons :o) très bon début de semaine à toi chère aurore!

    • auroreinparis dit :

      Dans Dallas Buyer Club il y avait encore un côté foutraque malgré le cpoté formelle de la réalisation, g^race à un cating de folie. Là on perd beaucoup du côté dela  » folie » pour entrer dans un classicisme vraiment très aseptisé en effet. C’est presque froid. Je ne le recommande pas comme ses autres opus, et j’espère qu’il va arrêter les frais et revenir à quelque chose de plus personnel.
      Bonne journée !!

  5. lesdoucesparoles dit :

    Bonjour !
    J’ai connu le travail de Jean Marc Vallée grâce à Dallas Buyers Club, qui est un film que j’ai adoré.
    Celui-ci me tente beaucoup, même si c’est vrai que j’ai un peu peur d’avoir en tête le film Into the Wild qui lui ressemble un peu.
    A bientôt !

    • auroreinparis dit :

      Bonjour ! J’ai eu aussi un peu  » Into the Wilde » en tête mais malheureusement il n’en a pas la beauté ni le lyrisme. Il se laisse agréablement regarder sans toutefois durer dans la mémoire ..!
      Merci pr ton passage 🙂

  6. Une quiche en cuisine dit :

    Vu vendredi soir, et comme toi, je n’ai pas vu le temps passer ! Reese Witherspoon confirme (enfin, y en avait-il besoin ?) qu’elle est une GRANDE actrice, les paysages sont à couper le souffle, le film est très émouvant, d’autant plus qu’il se base sur une histoire vraie…
    Bref, j’ai adoré 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s