Alain Chabat s’est offert un trip sous acide …

Alain Chabat, le mec des Nuls, le réal d’Asterix et Obélix mission cléopâtres et de Didier … Et maintenant Alain Chabat perdu au milieu de la jungle sur les traces du petit animal jaune et noir à la grande queue … Non pas Robert déguisé en guêpe, mais bien le Marsupilami. Le réalisateur rend ici hommage au personnage fantastique de Franquin, en donnant vie à la petite chose mythique, qui se ballade d’arbre en arbre de Palombie. Selon Alain Chabat, cette bestiole n’est pas une fable, il est vrai qu’il « n’existe ». Et cela fait depuis 2005 qu’il rêvait de faire ce film. 

Pour résumer, Dan Géraldo, journaliste un peu looser, doit se rendre en palombie pour réaliser l’interview d’un chef paya sous peine de se faire indiquer la porte sans ménagement en cas d’échec. Son guide sera Pablito, un homme seul qui élève plein de gosses, tient une clinique vétérinaire et doit de l’argent à de gros méchants. Ce dernier a toujours assuré à ses gosses qu’il avait vu le Marsupilami, et profitera de cette aventure pour leur prouver qu’il n’est pas un menteur. Bon, on retrouve la patte d’Alain Chabat dans l’histoire dingue et tirée par les cheveux, les moments de gags loufoques et son appétit pour les chouettes happy ends. Son duo avec Jamel Debouzze fonctionne bien et vous retrouverez tout un tas de stars dont Fred Testot dans le rôle du grand méchant botaniste.

Je n’ai pas adhéré pleinement. Je me suis un peu ennuyée, et l’histoire n’a pas retenu mon attention, le scénario m’a paru bas de gamme. Pas mal de gags m’ont en revanche faite rire car ils me rappellent farouchement l’esprit des nuls. Disons que je crois qu’il faut regarder ça non pas franchement comme une histoire pleine et entière mais comme une série de gags. Il y a de très bonnes idées, mais c’est un peu too much, il y en a trop, ça foisonne et on a un peu l’impression de regarder un brouillon dont on a oublié de retirer certaines idées qui n’amènent rien. Il y a tout de même du positif, le Marsu et sa petite femme en images de synthèse sont craquants de réalisme, et ce bric à brac délirant contient de bonnes trouvailles.

En conséquence, on est pas dans le navet car c’est coloré, vif, incisif mais je n’ai pas aimé ce film autant que son adaptation du célèbre opus d’Astérix et Obélix. Je l’ai trouvé un peu en dessous. Ce point de vue est tout personnel car Sur la piste du Marsupilami a eu dans l’ensemble de bonnes critiques presse ( et spectateur).

Votre avis ?

9 réflexions sur “Alain Chabat s’est offert un trip sous acide …

  1. petiiteconne dit :

    Je l’ai pas encore vu mais c’est exactement ce que j’en pense à première vue, en ayant vu quelques extraits et lu quelques critiques.
    ça va être un peu too much je pense mais si c’est un peu dans la veine des Nuls…je ne peux qu’adhérer!

  2. ASBAF dit :

    Bien sûr que c’est moi, ton Éternel. On va à n’importe quelle séance de n’importe quel ciné devant n’importe quel film quand tu veux ma belle.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s