Revue cinéma : The Florida Project & Wonder

 

Après avoir vu environ 150 fois la bande annonce au cinéma, je me suis quand même déplacée histoire de le voir en entier. Halley vit avec sa fille dans un motel, à quelques encablures des grands parcs d’attraction de Floride. Un lieu où se côtoient des indigents et quelques touristes. C’est l’été, la fille de Halley, Moonee, s’amuse et fait un tas de bêtises avec ses copains. Le gérant du motel, ému par le destin de ses résidents, tâche de les arranger, au grand dam de son propre patron. Le récit d’une tranche de vie difficile, mais pleine de rires. J’en ai adoré les couleurs, la photographie et certains plans d’une belle poésie.

Les enfants et Willem Dafoe sont attachants, malgré l’insolence des petits garnements. En revanche, j’ai trouvé le personnage d’Halley détestable. Dans ce film, c’est l’éternel instant présent qui s’écoule pour les habitants de ce motel, qui n’ont pour la plupart aucune autre perspective que ce quotidien de débrouille. Malgré une première partie longuette, j’ai beaucoup apprécié suivre les gosses, ces électrons libres et joyeux, inconscients du lendemain. Les enfants sont tout bonnement extraordinaires, et ce Florida Project, un petit bonbon au gout acidulé. 

Nous restons aux Etats-Unis, pour un film encore plein d’enfants mais au propos bien différent. August Pullman est né différent, et même après de multiples opérations, son visage reste toujours singulier. Durant tout le primaire, sa mère, interprétée par Julia Robert, lui a enseigné à la maison, mais elle estime aujourd’hui qu’il est armé pour entrer en au collège. Wonder est une gentille fable sur la différence, et sur la manière dont une famille est capable de la gérer. Le casting assure complètement, ce qui permet au film de convaincre malgré un côté guimauve désagréable.

Mais Wonder reste un film fondamentalement Américain, cousu de fil banc et extrêmement prévisible. On appréciera le côté mignon et l’humour, qui en fait un feel good moovie divertissant et familial. Mais pas plus, ni mieux.  Son côté tire larmes pourra parfois agacer. En somme, un film sur le handicap, le regard des autres et l’acceptation, largement stéréotypé mais tendre, et porté par un casting impressionnant.   

NB : le petit garçon a été révélé dans Room, un grand acteur que ce môme !

Vous avez vu quoi en ce weekend de Noel ? 

Publicités

8 réflexions sur “Revue cinéma : The Florida Project & Wonder

  1. Pascale dit :

    J’aurais mieux fait d’aller voir un de ces deux là plutôt que le Portrait Interdit : CHIANT comme la pluie.
    Willem Dafoe a l’air extra dans ce film. Moi aussi j’ai vu la BA mille fois 😦
    Quant au petit de Room, oui, il est extra.

  2. dame skarlette dit :

    Merci pour toutes ces précisions. Le premier je devais le voir en projo privée et je n’ai pas pu y aller. Le second me faisait envie mais tu dis que c’est cousu de fil blanc alors je vais réfléchir peut être pour le petit garçon. Je viens de voir cet après midi Le brio dont tout le monde dit le plus grand bien. Bon film mais je m’attendais à nettement mieux. Toujours le même thème ça devient lassant à force. Bonne soirée

    • auroreinparis dit :

      Disons que le second est un film à l’Américaine, mignon avec un happy end donc très prévisible. Il reste quand même très chou comme film !
      Pour le brio j’ai lu un avis négatif et je m’en suis tenue là !
      Belle journée !!

  3. dasola dit :

    Bonsoir Aurore, malgré tes critiques positives, ces deux films ne me tentent pas du tout, désolé. En revanche, je voulais te souhaiter une très belle année 2018 avec tout plein de bonnes choses.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s