Au ciné : The Revenant et The Assassin

arton31898The Revenant – Iñárritu: Plusieurs semaines après le reste de la Terre, nous sommes allés voir le film d’Iñárritu qui offrit au géant du cinéma, son premier Oscar. Léo, après des espoirs toujours déçus, se vit enfin décerner la statuette de récompense pour un film dont la réalisation fut également saluée. Tout a déjà été dit … The Revenant est indéniablement un prodige en terme de réalisation, de mise en scène et d’image. Les visages des comédiens expriment bien davantage que le jeu, on se sent parfaitement immergé dans un univers hostile, froid, et d’une violence sauvage. Un film unique, réalisé de manière unique.Reste que malgré la prouesse technique et la performance humaine, et même si le spectateur est forcé de constater quel objet incroyable de cinéma il a sous les yeux, je me suis faite à la fin la réflexion que ce n’était pas un film pour moi. Je suis bluffée par la beauté des paysages, et de la photographie. Intense, épique, il s’agit d’une grande fresque tournée en pleine nature, d’une beauté à peine croyable. Cependant, moins sensible au symbolisme et au côté divin, le scénario m’a paru quelque peu ténu et moralisateur. Force est de constater que la forme, le visuel, font de The revenant une expérience particulière, mais il ne surprend pas sur le fond.  C’est peut être pour cette raison qu’il a été récompensé de la statuette de meilleure réalisation mais pas de celle du meilleur film !

assassinThe assassin – Hou Hsiao-hsien : L’histoire de The assassin s’avère complexe à comprendre. Dans la Chine du IXe siècle, la province de Weibo défie ouvertement l’empereur. Une jeune femme, Yinniang, a été éduquée pour devenir l’une des plus terribles assassins du pays, et sa mission consiste à tuer l’empereur de Weibo, qui est aussi son cousin et l’homme qu’elle aime. Si l’histoire est complexe et souvent sibylline, le scénario parfois taillé pour ne laisser que le strict essentiel, l’ensemble s’avère subtil, intelligent et mystérieux, porté par la beauté incroyable de la photographie. Les indices sont semés comme des graines.

Le scénario épuré s’accompagne d’une pudeur extrême dans les gestes et les regards des personnages. Même les mouvements de caméra sont doux, lents et introspectifs, à l’image de l’assassin dont les passions se devinent sans jamais s’exposer. Les mouvements des étoffes, la couleur des éléments naturels, les vapeurs de thé, dévoilent la minutie de la mise en scène.  Ce film est comme chorégraphie, une symphonie et un tableau de maitre. D’une beauté virtuose. 

Publicités

6 réflexions sur “Au ciné : The Revenant et The Assassin

  1. matchingpoints dit :

    Nous étions epoustoufflées par la réalisation du film « the revenant »et l’avons d’ailleurs dit dans notre post. Mais vous avez raison, on n’est pas surpris par ce film, pas sur le fond. Peut-être la rançon de la gloire, on a tellement entendu parler de ce film, alors les attentes sont exigeantes. …
    Nous n’avons pas encore vu le deuxième !

  2. Audrey dit :

    J’ai vu The Revenant ce weekend et j’ai été absolument bluffée de A à Z ! J’ai totalement été emportée par l’histoire… alors que bizarrement, j’avais peur d’être déçue au départ !

  3. tinalakiller dit :

    J’ai bien aimé The Revenant mais je suis d’accord avec toi : le propos est un peu plus faible par rapport à la mise en scène et à la beauté des images. A mon avis, tu as bien compris pourquoi il n’a pas eu l’oscar du meilleur film, bonne remarque ! 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s