Her – Spike Jonze

2J’avais beaucoup aimé la première réalisation de Spike Jonze « Dans la peau de John Malkovitch« , et attendais ce film avec impatience. Etant fan de Joaquin Phoenix, je ne voulais pas passer à côté. A ceci s’ajoute la voix rauque et parfois éraillée, mais d’une sensualité folle de la belle Scarlett Johansson. Il ne m’en fallait pas plus. C’est l’histoire de Theodore Twombly, dans un futur pas si éloigné, qui rédige des lettres, le plus souvent d’amour, s’imprimant en manuscrit et qui a un certain talent la dedans. Un homme qui n’en peut plus de sa solitude, depuis qu’il s’est séparé de sa femme, et qui tourne en rond dans sa tour de verre.  Puis un jour, il installe un OS, programme informatique ultramoderne qu’il choisit avec une délicieuse voix féminine  » Samantha », le début d’une folle romance

Quelle audace, quelle originalité dans le choix de cette comédie sentimentale. Une comédie qui pousse à l’extrême le sujet de l’amour virtuel, qui va jusqu’à imaginer une romance entre un programme informatique sans existence réelle et un être humain constitué de chair et de sang. Elle, Samantha, évolue sans cesse, son intelligence et son intuition ne cesse de s’accroître, elle cherche à comprendre, à apprendre et à ressentir, y compris le désir … J’ai eu comme un sentiment de vertige, imaginer que l’on puisse s’éprendre d’une virtualité totale, en faire sa petite amie, est un sujet rarement sinon jamais traité au cinéma, il me semble. Spike Jonze m’a bluffée avec un scénario qui sort franchement des sentiers battus.

Comme une métaphore de la solitude moderne, la dystopie d’un monde sans émotion, le film nous emmène dans un futur relativement proche. Je l’ai trouvé très troublant, voir même perturbant mais infiniment touchant, grâce à une réalisation très narrative, et surtout à des acteurs extrêmement convaincants. La performance de Joaquin Phoenix et la voix envoûtante de Scarlett Johansson ne sont pas étrangers à la réussite du film. Entre la tragédie de la solitude, et l’éclat des relations amoureuses, « Her » s’avère une oeuvre sensible et émouvante, visuellement superbe, qui ne laisse pas de marbre.

J’avais lu qu’il y avait quelques longueurs et c’est vrai, il y a des longueurs, la réalisation perd parfois de son souffle. Cependant, je suis sortie de là ravie, troublée, par cette oeuvre à la fois déprimante et jouissive sur  cette humanité qui court sans cesse après l’amour … L’amour … »cette folie acceptée par la société ». Un régal visuel, une perle d’originalité, et la voix sensuelle de Scarlett … N’hésitez pas !

Publicités

12 réflexions sur “Her – Spike Jonze

  1. filou49 dit :

    ah je voulais justement te répondre sur ma chronique du film la braconne qu’il y avait surtout un film à voir et que c’était celui ci… j’ai vu her vendredi soir et je m’en suis toujours pas remis… un choc énorme sur tous les plans pour moi… par contre je ne trouve pas du tout qu’il s’agisse d’une comédie sentimentale, le film porte en lui une vraie noirceur et une vraie mélancolie qui peut dérouter… et il y a peut etre 15 mns en trop mais franchement on les oublie vite devant la beauté de certaines scènes… incontestablement pour moi le plus beau film de ce début d’année… bonne semaine à toi!!.

    • auroreinparis dit :

      Tu es très enthousiaste ! Oui, il est très triste, très noir, mais la romance et l’amour ne sont-ils pas des causes de mélancolie ? J’ai aimé ce film mais j’ai flanché à certains moments, je devais être un peu fatiguée. Ceci dit, ça reste une vraie beauté dans le scénario comme dans le visuel et je le place dans mon top 3 avec Dallas buyer club et Grand budapest hotel ! Pour l’instant ….! Bon lundi Filou 🙂

  2. Nicolas P. dit :

    Très belle critique.
    La « dystopie d’un monde sans émotion » joliment trouvé
    Par moment je me suis posé la question de trop de longueurs mais au final je les trouve justifiées pour s’immerger de les moments de remises en cause ou de déprime de Théodore.
    La voix de Samantha est effectivement un vrai régale et la preuve qu’on peut être une excellente actrice et transmettre des émotions sans utiliser ses charmes.

  3. giao dit :

    quel enthousiasme dis donc ! pour une fois je ne partage pas ton avis et j’ai trouvé le film aussi artificiel que la relation de l’ordinateur pour son propriétaire
    ma critique à suivre
    bisouxxx

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s