Le loup de Wall Street – Martin Scorsese

2J’attendais avec impatience cette sortie. J’aime beaucoup les films qui retracent des histoires du milieu de la finance, ce monde qui m’est si peu familier, ces salles de marché où de frénétiques traders ou courtiers ou autre loups de la finance s’agitent en criant devant des écrans plein de chiffres. J’avais adoré Margin Call qui retraçait les 24 heures précédant la crise des Subprimes en 2008. Quand j’ai appris que nous allions parler d’un fabuleux (escroc) courtier richissime et camé jusqu’à l’os, dans un film réalisé par Scorsese, j’étais forcément impatiente. Des premiers pas de ce jeune marié, jusqu’à sa chute, Le loup de Wall Street nous trace le destin extraordinaire d’un mégalomane Américain : Jordan Belfort.

Ils nous fascinent autant qu’ils nous révoltent. Entre intelligence, soif de pouvoir et d’argent, de femmes, de drogues et d’ivresses en tout genre, Jordan en veut toujours plus, aller toujours plus loin. Suite à la crise de 1987, il ne trouve plus de travail à Wall street et commence par hasard dans un local miteux à vendre des produits minables, totalement hors côtes. Et c’est dans ce business à la limite de la légalité qu’il va exceller. Avec une meute de véritables tueurs, il monte une entreprise extrêmement lucrative, le jeune homme va muter en un vrai loup, prêt à tout pour amasser le plus de fric possible. Le FBI se lance sur ses traces, mais sans réussir à le coincer jusqu’à ce que l’un d’eux fasse un faux pas …

Incroyable ce film. La richesse dans toute sa démesure. La mégalomanie dans ses dimensions les plus révoltantes et dépravées. Le tout pendant trois heures, filmé magistralement par Scorsese, et interprété par un Di Caprio plus brillant que jamais. Lui, c’est l’acteur de notre génération, doté d’un charisme dingue. Tout est parfait dans ce biopic : les acteurs magistraux, le rythme, des images brillantes, des séquences sulfureuses et l’humour grinçant. J’ai trouvé la réalisation virtuose, les trois heures sont passées vite, mais j’en sors épuisée. Le rythme effroyable à laquelle est lancée cette locomotive vous laissera chancelant.

En plus d’être une histoire vraie sur un gangster moderne, le film met en lumière l’absurdité du désir inassouvi. Plus j’ai, plus je veux, jusqu’à l’obsession, jusqu’à ce que la possession ne soit plus qu’adrénaline, ce sentiment de puissance qui traverse le sang comme la drogue qui le dope. Le film s’avère totalement étourdissant, brillant, décadent, délirant, magistral ! Les sons, les images, les lumières, tout concourt à nous embarquer, on se sent oppressé, et fasciné à la fois. Notre Dujardin national se montre à la hauteur du reste du casting dans le rôle du banquier Suisse véreux.

Di Caprio extraordinaire, scènes d’anthologie, Le loup de Wall Street est ce type de film euphorisant qui reste longtemps dans la tête. Grandiose et politiquement incorrect, je vous le recommande vivement !

Publicités

25 réflexions sur “Le loup de Wall Street – Martin Scorsese

  1. potzina dit :

    J’avais déjà très envie de le voir et ta chronique enthousiaste me met l’eau à la bouche ! Je suis totalement fan de DiCaprio, je le trouve épatant. J’espère pouvoir voir le film très vite 🙂
    Merci pour ton avis Aurore !

  2. filou49 dit :

    j’ai aussi envie de voir le film mais je serais un peu moins enthousiaste que toi… les histoires de trader personnellement ce n’est pas ce que j’ai le plus envie de voir au cinéma…j’ai beaucoup aimé margin call effectivement mais vraiment à ma grande surprise et sans plus comprendre ce que les traders manigancaient… ce film me plairait bien plus pour la prestation de Di Cpario et la mise en scène de Sorsese mais en général je préfère les mise en scène sobres à la démesure donc j’attends de voir avant me prononcer…et j’ai le bouquin de Jordan Belfort qui m’attend pour une chronique du Livre de Poche et j’avoue que je ne sais pas trop par quoi commencer le livre et le film…et ne risque pas de faire une petite indigestion de ces traders et de leur excès? merci pour ton billet et très bonne fin de semaine à toi…

    • auroreinparis dit :

      Ah mince, en effet, c’est ennyeux d’avoir les deux. Si tu vois le film, tu auras les images en tête ! J’avoue qu’on apprend rien sur la finance, c’est pas ce qui est mis en avant, mais bien la soif d’argent et de pouvoir d’un gros mégalo ! Et ça vaut le coup.
      bONNE JOURNEE !

  3. My Little Discoveries dit :

    Je l’ai vu hier et je suis moins emballée que toi car j’ai trouvé que le film aurait gagné à être raccourci (la scène de la tempête en bateau par exemple, n’apporte rien pour moi…). Par contre je partage entièrement ton avis sur Di Caprio, il est vraiment impressionnant et je toruve qu’aucun autre acteur de sa génération n’a son talent!

    • auroreinparis dit :

      Oh j’ai trouvé que la scène avec la temp^te montrait que finalement ce mec n’est qu’un homme, mortel, et qu’il n’est pas un dieu malgré tout son fric; Ca marque bien le début de la fin pour lui. J’avoue que je n’ai pas vraiment trouvé de longueurs dans ce film. Hate de lire ton avis !

    • céline dit :

      Je suis d accord avec toi! Je sais que c est tiré d’une histoire vraie mais cette démesure et ces excès m’ont perdu en chemin! Avec effectivement un Léonardo exceptionnel ce qui a sauvé ma séance 🙂

  4. Livy dit :

    Je ne te lis qu’en diagonale car ce film là est bien celui dans ma ligne de mire en ce moment: réalisateur, acteurs, thématique, tout me plaît ! Je crains juste des similitudes avec un plus ancien film (année 80, 90 ?) d’Oliver Stone sur le même sujet. Mais ceci étant, je reste enthousiaste !!

  5. Mskapje dit :

    Les images sont belles, Di Caprio tri bien mais le scénario est lourd, trop long et à mon sens pas assez travaillé. Il commence il réussit il s’éclate et puis un mur il va en prison. Les détails au final on en a peu.

    • auroreinparis dit :

      Oui mais en même temps j’ai l’impression que c’est la vie de ce type, et finalement on se rend bien compte qu’elle est un peu vaine … Je vais lire le bouquin pour voir si c’est fidèle

  6. davel_x dit :

    Bon je l’ai vu et j’ai vraiment beaucoup aimé (même si disons que les 3 dernier quarts d’heure font un peu mal au cul à force de rester assis), il est démesuré, la morale se devine sans être étalée grassement, et les acteurs sont très bons.
    Mais est ce que ce cher Scorsese ne se serait pas auto inspiré ? Non parce que les similitudes avec les Affranchis sont assez énormes quand même, non ?

    • auroreinparis dit :

      Je vais te confier un secret, je ne crois pas avoir vu les Affranchis … Mais je vais vite y remédier !!
      Sinon non c’est bien inspiré du bouquin de Belfort, que j’ai hâte de lire d’ailleurs 🙂

  7. nicolas dit :

    Un film de 3h sur un connard ? ça donnait pas très envie, et pourtant ! Je suis d’accord avec toi, ma critique http://bitly.com/1cjSYJ6 aussi : un film fourre-tout, délirant, sans tabous, un scorsese en grande forme qui s’éclate comme pas possible. Et léo, tu as raison : extraordinaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s