Margin call de J.C Chandor

Comme quoi il n’est jamais trop tard, j’ai enfin découvert Margin Call. Le film qui te donnera à comprendre comment la fameuse crise des subprimes a commencé. On plonge dans l’univers impitoyable de la finance, dans lequel les gentils salariés se font sauter les uns après les autres de leur confortable siège. Un matin, les charmantes femmes de la RH viennent chercher un à un chacun des protagonistes concernés par la contraction des effectifs. L’un d’eux donne à son jeune collaborateur ( celui qui interprete Sylar dans Heroes !) une clé USB mystère en lui disant qu’il y a un truc de louche la dedans …  Alors que son collègue et son Boss sont partis se retourner le cerveau dans un bar après cette douloureuse journée où eux ont survécu, lui reste décrypter les chiffres … Et là, il ne sera pas déçu du voyage car il réalise que c’est une bombe qui vient d’être placée entre ses mains.  

Scéance du dimanche soir, j’avais peur de ne rien comprendre et de vite me lasser, d’autant plus avec un estomac qui hurlait famine. Et pourtant, happée par l’histoire et le casting absolument formidable, je suis restée scotchée à l’écran sans m’ennuyer une seconde. Inutile d’avoir étudié les algorythmes de trading et les mystères de la finance pour comprendre qu’ils tentent d’éviter le crash et la ruine de leur banque. Seule solution : ruiner les autres. Ce qui signifiera pour certains y laisser les plumes de ce qui leur restait de moral et de dignité. Le réalisateur a su nous dessiner les jeux de pouvoir et de manipulation préfigurant la « crise des subrimes » qui a secoué la planète Terre en 2008, et dont les secousses ne cessent de se faire sentir.  

Ce premier film est un véritable bijou d’écriture. Tout se passe en casi huit-clos, le temps de 24 petites heures. Haletant, intense, intimiste et puissant ! J.C Chandor a réussi le tour de force de réaliser une critique nette de notre monde capitaliste tout en s’interessant aux hommes de ce système, à leur relations, à leurs jeux, à leurs luttes, sans tomber dans la facilité caricaturale. Didactique sans verser dans la niaiserie, ce film est  tout simplement une magistrale réussite portée par des personnages passionnants dont aucun n’a été sacrifié au profit de l’autre.

Bref, une petite perle pour néophytes de la finance, ou encore  » le crach de 2008 pour les nuls mais avec une grande finesse!' ». A voir !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s