Quand un livre culte devient un film Lambda …

Sur la route – de Walter Salles

Je me souviens de l’émotion ressentie à la lecture de cette oeuvre folle, les pages pleines de rythme blues, de solitude et de monotonie sur l’asphalte des routes Américaines, de corps qui s’étreignent … Sur la route, c’est dans ma bibliothèque un livre culte, et j’avais des craintes quand à son adaptation sur grand écran. A raison.

 

 

J’explique un peu l’histoire pour ceux qui n’ont pas lu le livre. Sal paradise (Sam Riley) est un jeune écrivain en herbe d’origine Quebecois vivant à New York avec sa mère. Le décès de son père va fortement le secouer, et se remettant tout juste de sa peine, il va rencontrer Dean Moriarty (Garrett Hedlund ), ex taulard, totalement libre, qui avale la route avec toute sa fureur de vivre. Par la même occasion, il va connaitre la toute jeune épouse de Dean, Marylou ( Kirsten Stewart), avec qui l’entente sera immédiate. Le trio part sur les routes, s’efforçant de trouver de quoi se payer l’essence et la drogue. Les estomacs sont souvent vide, mais leur seule préoccupation est de conserver cette liberté, et d’aller à la rencontre du monde.  

Le livre nous relate un parcours monotone, comme ces routes qui défilent. Mais dans celui-ci il y a les mots pour nous la décrire, ça ronronne. Puis d’un coup ça devient fou ! Je n’ai pas retrouvé la fureur de vivre des personnages, cette rage de liberté de Dean (« Un gars de l’Ouest, de la race solaire, tel était Dean. ») , cette saleté et ce vice dans lesquels le duo se vautre, la faim, le froid, la dureté, la crauté de cette vie de bohême. Et les bonheurs intenses … Non c’est décidément beaucoup trop propre, beaucoup trop lisse, beaucoup trop léché. Si l’histoire est bien restituée, l’atmosphère du livre non. On y est pas. Même les acteurs sont bien trop gentillets, j’avais le souvenir d’un duo qui puait le sexe, la défonce, la sueur, le macadam. Une marylou moins poupée, plus perdue, plus paumée.

Jack Kerouac nous avait écrit une partition de musique noire avec ses blues aux abimes sans fond, le film de Walter Salles nous relate la gentille Odyssée de deux gamins.  Bref, ça brûle pas beaucoup la dedans …

Je savais qu’il serait très difficile d’adapter de tels écrits à l’écran. Je crois que Walter Salles s’est attaqué à trop fou. C’était un pari osé, malheureusement il a perdu ! Si tu n’as pas lu Sur la route, tu peux aller au cinéma, tu passeras un bon moment. Dans le contraire, n’y va surtout pas, tu perdrais 2H20.

Retrouve l’article sur le Livre : Sur la Route- Jack Kerouac  

« Parce que les seuls gens qui m’intéressent sont les fous furieux, les furieux de la vie, les furieux du verbe, qui veulent tout à la fois ».

17 réflexions sur “Quand un livre culte devient un film Lambda …

  1. Audrey dit :

    Contrairement à toi, Sur la route n’est pas un de mes romans cultes, même si je suis actuellement en train de le relire, du coup! ^^
    J’ai été déçue par ce film dont j’attendais beaucoup. Du coup je me replonge dans le livre pour essayer de saisir au vol ce que je n’ai pas trouvé dans le film…

  2. Audrey dit :

    J’ai vu une interview de Walter Salles qui disait que sa plus belle récompense serait de voir les gens lire ou relire le bouquin de Kerouac suite au visionnage du film… il n’a donc pas entièrement raté son coup! ^^

  3. Tara dit :

    Hanlala c’est tellement dommage car ce film avait l’air d’avoir tellement de potentiel ! Mais je n’ai pas lu le livre encore

    • auroreinparis dit :

      Si tu n’as pas lu le livre je pense que le film te paraitra bien. Il est bien réalisé. C’est juste qu »il ne fait pas honneur à Kerouac en restituant les émotions virevolantes de son oeuvre !

  4. apreslapluielebeautemps dit :

    Oh, je ne l’ai pas encore vu, et j’avais déjà peur d’être déçue, mais là, tu m’achèves! Je le regarderai quand même histoire de voir, mais le livre est si beau que je pense avoir le même ressenti que toi…

  5. Giao dit :

    Quand j’ai vu l’affiche, j’ai tout de suite pensé à toi
    Merci pour cette critique, je ne perdrais pas de précieuses heures au ciné
    Bisouxx

    • auroreinparis dit :

      Nan tu pourras aller courir à la place !
      Et Oui, moi aussi j’attends bcp de ce film mais cette cata était prévisible. Sal paradise se devait d’être fou ! Il fut trop lisse. Je ne l’ai pas reconnu.

  6. David T dit :

    Je suis comme toi. Je l’ai vu hier, et franchement je suis sorti sans enthousiasme du film. Le style de Kerouac se retranscrit mal sur grand écran. Déception.

  7. Yuko dit :

    Tout à fait d’accord… le film est souvent répétitif et ne témoigne pas de cette recherche et du désir brûlant qui anime les deux amis… une déception pour ma part…

Répondre à Audrey Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s