[Cinéma] Rosie Davis & Ma vie avec John F Donovan : de l’émotion réaliste à l’emphase éclatante

Rosie Davis – Paddy Breathnach

Je n’avais pas noté ce film dans ma liste, mais mon amie me le proposait pour une sortie cinéma dominicale, parmi deux autres. Je choisi celui-ci, uniquement car le réalisateur, Paddy Breathnach, est celui du fantastique Viva. Il s’intéresse cette fois-ci à une mère de famille. On la rejoint dans sa voiture, ses mômes avec elle, pendue au téléphone, appelant hôtel après hôtel afin de dégoter une chambre pour la nuit. Ils viennent de se faire déloger de chez eux car le propriétaire vend, et il n’y a plus grand chose d’abordable à Dublin, la faute à la flambée des prix immobiliers. L’émotion vous serre le ventre du début à la fin. Lire la suite

Publicités

Juste la fin du monde – Xavier Dolan

1Le petit génie de la réalisation nous revient après le coup de massue cinématographique qu’il nous avait asséner avec le magistral Mommy. Découvert avec le thriller Tom à la ferme, qui m’avait fait vibrer et frémir, j’étais bien moins encline à aller découvrir ce nouvel opus trusté par un casting parfaitement franco français. Je voulais de l’accent Québécois moi. Cependant, si Léa Seydoux et Marion Cotillard me donnait envie de passer mon chemin, je restais curieuse de découvrir l’adaptation au mot près d’une pièce de théâtre. Xavier Dolan n’a pas remanié le texte, passant du format théâtre au format cinéma sans une retouche.  Lire la suite

Tom à la ferme – Xavier Dolan

2J’ai beaucoup entendu parler de ce réalisateur, jeune prodige, 25 ans et 4 films à son actif. J’avais été tentée par son dernier, « Laurence Anyways » mais l’ai manqué, hasard de calendrier, j’imagine. Me voici bien installée pour découvrir le cinéma de Dolan. Dans la salle, environ 80% d’hommes, quelques couples de filles, et quelques nénettes, comme moi. Lors de la pub pour TF1 (ridicule, au passage), il a été intéressant de voir le public réagir de manière assez spontanée et ironique « Bravo TF1 », nous étions donc bien dans un public Télérama. Ceci correspond parfaitement à ce que j’attendais. Et voici que sur l’écran apparaît un blondinet aux cheveux fous, qui fonce dans sa voiture à travers la campagne, sur la chanson « Les moulins de mon cœur », revisitée. Immense émotion qui m’étreint d’entrée de jeu entre ces plans et les mots griffonnés sur un mouchoir puis jetés sans pitié. Lire la suite