Tom à la ferme – Xavier Dolan

2J’ai beaucoup entendu parler de ce réalisateur, jeune prodige, 25 ans et 4 films à son actif. J’avais été tentée par son dernier, « Laurence Anyways » mais l’ai manqué, hasard de calendrier, j’imagine. Me voici bien installée pour découvrir le cinéma de Dolan. Dans la salle, environ 80% d’hommes, quelques couples de filles, et quelques nénettes, comme moi. Lors de la pub pour TF1 (ridicule, au passage), il a été intéressant de voir le public réagir de manière assez spontanée et ironique « Bravo TF1 », nous étions donc bien dans un public Télérama. Ceci correspond parfaitement à ce que j’attendais. Et voici que sur l’écran apparaît un blondinet aux cheveux fous, qui fonce dans sa voiture à travers la campagne, sur la chanson « Les moulins de mon cœur », revisitée. Immense émotion qui m’étreint d’entrée de jeu entre ces plans et les mots griffonnés sur un mouchoir puis jetés sans pitié.

Tom vient de perdre son petit ami et s’en va découvrir sa famille à l’occasion de l’enterrement. N’ayant pas trouvé d’hôtel, il pose bagage dans la ferme familiale. Rencontre avec une mère rongée par le chagrin et bercée d’illusions, puis d’un frère violent, qui connait le secret de son petit frère et se permettra d’asservir le jeune Tom. Film au ton très étrange, à la fois poignant, beau et terriblement angoissant, il m’a aussi déroutée. Le personnage de Francis, le grand frère, est complexe, manipulateur, barré et dangereux. La mère à la fois forte, et faible, emballée dans ses croyances et son chagrin, ses questions et son amour pour le fils défunt dont elle avait perdu le contact. Le personnage de Tom aussi est fascinant. Il arrive dans un nid de fous, et finit presque par s’en accommoder, ne songeant plus à fuir, puis jouer à cache-cache, se révolter, accepter … Un jeu de chat et de souris à la campagne. C’est pour moi l’essence du film, cette relation toxique qui s’installe entre les deux hommes …

Dans ce film sans prétention si ce n’est une brillante intelligence des personnages et de la mise en scène, le jeune réalisateur tient non seulement le rôle principal, mais aussi celui de scénariste, producteur … Je ne connais pas la pièce dont est adapté le film mais le suspens haletant du film, cette atmosphère pesante, entrecoupée de moment de détente pour mieux nous déranger par la suite, est une belle découverte. Le cinéma de Dolan est riche de tension, de messes basses qui font de ce thriller psychologique une vraie réussite. Je vous avoue que l’accent des comédiens m’a donné envie de rire à des moments inopportuns, mais ça n’enlève rien au caractère brillant et sordide. Je trouve ce film d‘une maturité impressionnante, très émouvant, qui m’évoque la « dénonciation » de l’homophobie  mais, et bien au delà de ça, l’analyse d’une relation sado-masochiste, où l’on ne sait plus toujours qui est le dominant, et qui est le dominé. C’est une joute passionnante, filmée avec virtuosité et vigueur.

Bref, je découvre seulement le cinéma de Dolan, et arrive sans doute à un tournant de sa carrière, un moment où il est déjà devenu un grand cinéaste, méticuleux et impeccable, comédien hors pair également. Sobre et extrêmement efficace, Tom à la ferme nous met le nez dans un asile d’aliénés sur fonds de brouillard et de prairies bien vertes.

Publicités

12 réflexions sur “Tom à la ferme – Xavier Dolan

  1. filou49 dit :

    ah moi je l’ai vu dans un cinéma où il n’y a aucune pub donc encore moins de pub TF1 et où le public doit lire télérama à 95% je pense :o)..mais en meme temps j’ai beau suivre the voice tous les samedi soir, je pense pouvoir me classer la dedans et etre tout à fait le public cible pour ce genre de films :o)
    Je ne te rejoindrais pas sur le coté « sans prétention » de ce film car je trouve au contraire qu’il y a énormément de prétention dans le cinéma de Dolan même si celle ci est moins obstensible que dans ses précédents films rien que dans ca facon de filmer en scope les scènes d’action contrairement au reste du film est un vrai signe de prétention et c’est un exemple parmi d’autres… Tiens si tu as adoré le début du film avec les moulins de mon coeur n’hésite pas à voir les autres films de Dolan car dans les 10 premières minutes je trouve que ca ressemble le plus à ses autres films après ca prend un autre virage effectivement plus sobre… Bon mon message est un peu décousu mais je tenterais de synthétiser tout cela lors de ma prochaine chronique.car même si je ne l’ai pas encore dit, j’ai quand même énormément aimé ce film… comme un bon lecteur de télerama en fait :o).. cela dit le fait qu’il soit sélectionné à Cannes en compet avec son prochain film devrait élargir son public peut etre à des lecteurs de première voire même télé 7 jours :o)
    très bon we pascal à toi chère aurore!

    • auroreinparis dit :

      Même si c’est prétentieux, je préfère le public Télérama, au public TF1, surtout dans une salle de ciné ! Je n’ai en revanche pas trouvé le film de Dolan prétentieux. Et pas dégoulinant de paroles inutiles, mais doté de dialogues cousu main, un orfèvre ! Maintenant ça reste du cinéma d’auteur pas forcément large public, qui peut paraitre ennuyeux au premier abord, et trop bobo-intello. Mais comme toi , j’aime bien et je pense qu’il peut rencontrer un public plus large que celui que l’on décrivait. Bonne journée Filou !

  2. luzycalor dit :

    Merci pour ton passage sur mon blog et tes gentils mots. Tu connais donc mon avis sur le film et nous partageons son analyse et la manière de l’appréhender. J’aime le cinéma de Dolan (ou plutôt j’aime ce que j’en ai vu). Je ne me pose même pas la question d’une quelconque prétention. Je trouve que ce cinéma aborde surtout des thèmes forts qui me parlent en plus d’être extrêmement bien filmé et joué. Il faut que tu vois Laurence Anyways, un choc pour moi et je suis convaincue que tu aimeras. A très bientôt Aurore.

    • auroreinparis dit :

      En effet, j’ai très envie de voir ce film  » Laurence Anyways », et je me demande encore pourquoi je suis passée à côté. En tous les cas, il était hors de question de rater celui-ci, pour entrer dans l’univers de Dolan.
      Merci pour ton passage ici !

  3. Mickaël dit :

    J’ai connu Dolan avec les clip de collège boy, et je suis allé voir Mommy ( une claque cinématographique…)
    Ce soir je viens de voir Ton a la ferme, un vrai bijou de film!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s