[Cinéma] Deux films aux antipodes : Les particules et Rocketman

Les particules – Blaise Harrison

C’est vrai que je ne l’avais pas choisi, qu’arrivée au cinéma je me suis décidée pour lui, puis que j’ai regretté car je me suis rendue compte qu’il avait commencé lorsque je suis arrivée dans la salle. Ensuite j’ai regretté pour d’autres raisons. Nous visitons avec une classe de lycée, une sorte d’usine dotée d’un accélérateur de particules, à la frontière Suisse. Ensuite, nous suivons plus particulièrement PA, un adolescent à la mine bougonne, peu enclin au sourire, mais c’est un adolescent. Celui-ci voit le monde changer, doucement puis de manière plus perceptible. Le pitch donne envie. Mais la réalisation et le jeu des acteurs m’ont laissée complètement à la porte.

Je me suis copieusement ennuyée, la réalisation m’a mise mal à l’aise. Je ne sais si c’est l’accent, le jeu des comédiens, la manière dont ils sont filmés mais cela sonnait assez peu juste, peu crédible, et à la fois cruellement ennuyeux. Même cette région de montagne magnifique est rendue déprimante dans cette fin d’automne. J’ai trouvé l’image et la photographie peu réjouissante également, la volonté de naturalisme clairement affichée tombe à plat. Certaines critiques ont mieux accueillies le film, je pense que c’est une question de ressenti, il ne m’a pas convaincue, je ne suis pas entrée dedans, et ne me suis pas attachée aux personnages.

Ce qui m’a donné envie de voir le film : le résumé Allociné



Rocketman –  Dexter Fletcher

Apres un Bohémian Rhapsody pour lequel il n’a pas pu faire grand chose, Dexter Fletcher le réalisateur, s’est associé à Elton John pour produire un biopic à sa sauce. Pieds et poings libérés il nous livre un produit décomplexé, second degrés, et dynamique. Une comédie musicale réjouissante sur le rythme endiablé des chansons qui ont marqué la discographie du chanteur durant ses années sexe, alcool et drogue. C’est en chantant et en dansant que nous vivons la métamorphose de Reginald Dwight en Elton John, la rock star fantasque.

Taron Egerton nous livre une sacrée performance, prêtant son joli minois aux traits du rockeur, mais aussi sa voix puisqu’il a réenregistré toutes les chansons pour le film. Un artiste complet qui, associé à la réalisation chatoyante de Fletcher contribue à faire de ce film une véritable réussite. Vous redécouvrirez les chansons d’une icône pop à travers des souvenirs revisités, vous laisserez entraîner par la musique et le rythme. Auto dérision, charge contre la famille, Elton s’est lâché et ça fait du bien. Beaucoup de bien.

e qui m’a donné envie de voir le film : le genre comédie musicale

Qu’avez-vous vu au cinéma ce weekend ? 

Publicités

4 réflexions sur “[Cinéma] Deux films aux antipodes : Les particules et Rocketman

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s