Revue ciné : Stupid things & Okja

Stupid Things – Amman Abbasi

Relativement confidentiel, il passe dans peu de salles, Stupid Things figurait tout de même au sommet de ma liste de films à voir. Peinture naturaliste d’une Amérique profonde et profondément désœuvrée, la caméra de Amman Abbasi, se propose de suivre un môme de 13 ans qui vient de perdre son frère, tué par balles. Sans doute un peu par ennui, il se fait initier par les Blood, le gang local, et commet quelques larcins qui vont vite le dépasser. Perdu, empli de colère par la perte de son frère, voici le portrait doux-amer d’un adolescent Afro Américain.  

Il pourrait sans doute être qualifié de vain compte tenu de sa langueur, mais ce serait sans compter le caractère pictural de ses plans ni les émotions profondément mélancoliques qui tiraillent ce gosse et atteignent le spectateur. Le réalisateur a misé plutôt sur la lenteur et la douceur dans la mise en scène pour dépeindre la moiteur de cet été en Arkansas plutôt que sur l’action. Si cela ne plaira pas à certains spectateurs, j’ai trouvé ce choix adéquat pour un film qui se veut plus d’atmosphère et de poésie que de violence. 

Okja – Joon-Ho Bong

Je n’ai pas vu Okja au cinéma, puisqu’il est sorti uniquement sur Netflix. Je souhaitais toutefois en parler, même si j’arrive après la bataille puisque tout a été dit ou presque. Et c’était bien le problème, très influencée par les différents échos, je m’attendais à beaucoup de choses, et ce que j’ai découvert était finalement plus un conte pour enfant qu’autre chose. Je m’explique. Okja est un super cochon, génétiquement modifié par les laboratoires du plus gros producteur de viande, qui, pour une opération marketing, envoie les cochons se faire élever par des agriculteurs du monde entier. Okja grandit en Corée aux côtés d’une petite fille.

Lorsqu’il est l’heure d’aller chercher Okja pour en faire de la chaire à saucisses, la gamine n’est pas d’accord. Certes, l’industrie de la viande est pointée du doigt, les associations de défense animale en prennent aussi pour leur grade. Sauf que rien n’est pris au sérieux, c’est assez confus et tourné en dérision, beaucoup trop pour considérer ce film comme un hymne à la défense de la cause animale. La petite cherche à sauver son animal de compagnie et n’a aucune conscience particulière d’autre chose. Sympa mais à peine. Pour la défense du film je l’ai en vu en VF, et ça enlève probablement beaucoup d’authenticité aux personnages qui m’ont tous paru détestables.

Avez-vous l’un de ces deux films? Qu’avez-vous prévu de voir ce weekend ?

 

Publicités

4 réflexions sur “Revue ciné : Stupid things & Okja

  1. pascale265 dit :

    Vus ni l’un ni lautre.
    J’ai hésité pour le premier tiré d’un sombre fait divers et puis jai renoncé.
    Et je n’ai aucun regret pour le second. Et je n’ai pas Netflix ce qui me fait enrager quand un film me tente mais non, pas Netflix.

    Ce week end J ai presqu »envie de chausser les lunettes 3D pour re voir Blade Runner.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s