Revue cinéma français : Ce qui nous lie & Grand froid

Ce qui nous lie – Cédric Klapisch

Cédric Klapisch nous revient avec un film de vignoble et de filiation. Au casting de la fratrie de vignerons, je nomme Pio Marmai, François Civil et Ana Girardot. Une belle brochette de comédiens Français, pour une réalisation campagnarde. Pour une fois Klapisch délaisse le milieu urbain pour le terroir bourguignon, le tanin, la vigne, le vin. Jean est parti voilà dixans pour se trouver lui-même en rompant avec un père qu’il n’a jamais compris. Il revient finalement au domaine alors que ce même père, très malade, agonise à l’hôpital. Il en profite pour retrouver un frère et une sœur qui ont bien grandit.

J’ai trouvé ce film familial réussi. Entre ce qui le lie à sa terre natale, et ce qui le lie à sa terre d’accueil, tout est question de sang et de filiation. L’équilibre entre les deux parties, le retour, puis le nouveau départ, est respecté. Les personnages sont crédibles, tout comme leurs dialogues, leurs larmes, leurs rires, leurs faiblesses. Malgré un scénario et un thème plutôt éculé, on sera émus par cette fratrie, et cette place que chacun cherche au sein de sa famille, comme une vieille histoire qui se répète à chaque génération.

Grand froid – Gérard Pautonnier

J’allais voir Grand froid avec beaucoup d’enthousiasme d’une part pour retrouver notre Bacri national, d’autre part car la bande annonce laissait présager un film fantasque et pince sans rire. Adapté du roman de Joël Egloff , il raconte l’histoire d’une entreprise des pompes funèbres qui périclite par manque de clients … Jusqu’à ce qu’une épouse et son beau frère viennent à organiser des funérailles pour leur défunt proche, relançant ainsi joyeusement les affaires. Sauf que, dans ce pays de neige et de glace non identifié, rien ne se passera comme prévu.  Les deux premiers tiers du film ont répondu en tout point à mes attentes.

Le scénario comme les séquences ont un petit côté décalé et désuet, ubuesque et pince sans rire. Porté par un casting sans faute, on est embarqué dans ces funérailles improbables. Hélas, le scénario patine à mi-chemin et se perd dans le dernier tiers. Cela n’engage que moi, mais la fin manque quelque peu de finesse par rapport au démarrage, comme s’il fallait bien terminer cette histoire, peu importe comment. Le pari est à demi-réussi avec cette comédie macabre pleine de fantaisie qui s’essouffle sur la fin.

Avez-vous vu l’un de ces films  ? Quels sont  ceux  que vous prévoyez de voir ? 

.

Publicités

8 réflexions sur “Revue cinéma français : Ce qui nous lie & Grand froid

  1. Laura dit :

    Un film de Kaplish c’est pour moi incontournable.
    J’en ai pas lu que des critiques positives donc j’ai hâte de me faire mon propre avis.

    Pour le deuxième j’étais passé à côté mais dis comme ça il me donne envie.
    Mais j’opterai peut être pour la lecture du roman avant.

    Merci de cette chronique
    Bonne fin de journée

    • auroreinparis dit :

      Pour le Klapisch, personnellement je le recommande,j’ai passé un beau moment.

      Concernant Grand froid, si tu vois le film puis que tu lis le livre, il te manquera sans doute le ton de Bacri !

  2. Pascale dit :

    Ce qui nous lie est agréable mais sans surprise. Comme tu le sais, j’ai apprécié mais sans plus malgré les belles qualités (la région, le vignoble) et le convaincant casting de garçons (Pio et François)? Ana Girardot n’y est pour rien mais a toujours l’air d’avoir 12 ans et je ne l’ai jamais trouvé convaincante, encore moins en grande propriétaire viticole.

    Grand Froid m’a ravie par contre. Ce non sens, cet absurde… j’adore ! Bacri et Dupont sont en grande forme et parfaitement complémentaires.

    • auroreinparis dit :

      Alors moi c’est un peu l’inverse, j’attendais Grand froid avec impatience et j’ai été un peu déçue. Alors que le Klapisch m’a agréablement surprise, et j’ai bien aimé le personnage un peu fragile qui s’affirme au fil du temps et qu’interprète Ana Girardot !
      Merci pour ce passage ici 🙂

  3. Audrey dit :

    J’attendais le Klapisch avec beaucoup beaucoup d’impatience, comme à chaque fois et même si je lui ai trouvé de belles qualités, je l’ai quand même trouvé pas mal paresseux ! Paresseux dans le sens où il est vraiment sans surprises. Alors on peut se laisser séduire par les personnages qui sont bons, par le casting et tout ça mais j’en attendais quand même un peu plus j’avoue ! J’ai eu l’impression de ne pas avoir grand chose à me mettre sous la dent… C’était sympa mais vraiment pas inoubliable !

    • auroreinparis dit :

      Je vois ce que tu veux dire ! Pour a part, c’est ce que j’en attendais, donc pas vraiment de surprise, mais j’en suis sortie plutôt contente ! pas inoubliable non, mais un joli film 🙂 Bonne fin de week end 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s