Nothingwood, de Sonia Kronlund

On connait de l’Afghanistan sa terrible histoire faite de guerres civiles, d’occupations successives et d’attentats. La réalisatrice Sonia Kronlund filme ce pays depuis quinze ans, révélant un visage de peine et de sang, mais cette fois-ci, c’est un personnage hors norme qu’elle nous présente : le réalisateur, producteur et acteur Salim Shaheen. Inspiré par Bolliwood et l’oeuvre de Bruce Lee, il  a tourné, parfois au péril de sa vie, plus d’une centaine de films inspirés de sa vie.  Ses films de série Z, tournés sans relâche avec sa bande de comédiens farfelue, sont une lumière dans ce pays en guerre. Un portrait rafraîchissant et tourné sans le moindre manichéisme.

«Ici, ce n’est pas Hollywood, ce n’est pas Bollywood, c’est Nothingwood parce qu’il n’y a pas d’argent, aucune aide, pas de matériel, rien», Nous affirme  Salim Shaheen

Un documentaire étonnant …

Sans occulter les réalités du pays, la guerre, les attentats, la place quasi inexistante de la femme dans cette société masculine, ni les réalités de l’homme que Sonia suit de sa caméra, ce documentaire est une ode au cinéma et à la joie de vivre.  Sans aide, ni soutien, le cinéma fut même littéralement interdit sous les Talibans, Salim Shaheen tourne avec les moyens du bord, mais toujours avec passion et amour. Tourné en majeure partie près de Bamiyan, là où les talibans avaient fait sauter les bouddhas géants en 2001, ce documentaire vaut aussi pour les paysages majestueux de cette partie si dangereuse du monde.

… Sur un personnage fascinant !

Alternant entre moments de tournage complètement ubuesques, dialogues avec le réalisateur et ses comédiens, et plans de montagne sublimes, ce documentaire donne une vraie énergie, tout en rappelant ce que vit ce pays déchiré depuis des décennies par les conflits armés. On se sent complètement happé et par le personnage de Salim Shaheen, narcissique mais fascinant, et par ce que la caméra donne à voir de la culture locale.

Relativement court, Nothingwood est étonnant, surprenant, drôle, et donne à l’Afghanistan un autre visage que celui des larmes et du sang. Courrez le voir !

Publicités

6 réflexions sur “Nothingwood, de Sonia Kronlund

  1. pascale265 dit :

    Il est à mon programme. J’ai entendu l’étonnant réalisateur dont il est question sur France inter. J’ai hâte d’avoir une idée plus précise de ces tournages qui ont l’air totalement barré.

    Rien à voir quoiqu’un peu… mais as tu vu Le cahier (le Buddha s’écroule de honte)? Je n’ai jamais pu le revoir tellement ce film fait mal. Ce pays est une folie.

  2. pascale265 dit :

    Non il y a au moins 10 ans. Terrassant. Réalisé par la petite Makmalbaf qui devait avoir 20 ans à l’époque ..

  3. pascale265 dit :

    J’ai vu Nothinwood.
    Le film a beau être très drôle, jai trouvé ce pays terrifiant.
    Et finalement le personnage le plus fascinant est l’acteur je trouve.

    • auroreinparis dit :

      Bonjour 🙂 Le pays est à la fois absolument sublime ( les paysages) et terrifiant ( les hommes). La cause féminine est révoltante. Et l’acteur est fascinant oui, malgré une personnalité ambivalente.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s