L’homme irrationnel – Woody Allen

1Comme le beaujolais nouveau, le Woody Allen revient tous les ans. Et la question est sur toutes les lèvres des cinéphiles et autres bobos « As-tu vu le dernier Woody Allen« . Cinéphile, un peu. Bobo peut être. Dans tous les cas je fais partie depuis une dizaine d’années de ces gens qui « vont voir le dernier Woody Allen ». Assez déçue par le cru de l’année dernière (Magic In the Moonlight), je n’étais qu’assez peu pressée de retrouver Emma Stone, nouvelle muse du cinéaste. En revanche, Joaquin Phoenix comptant au casting, je me hâtais tout de même. Cette fois, notre bon vieux Woody se penche sur la personnalité d’un enseignant en philosophie brillant mais surtout brillamment déprimé.

Celui-ci se laisse séduire par l’une de ses étudiantes, elle même engagée auprès d’un gentil jeune homme dont elle fissurera le cœur. Elle lui redonnera le gout de vivre, mais bien malgré elle … Ce film me semble moins marquée du sceau du réalisateur que d’autres, moins abouti mais pourtant tout à fait prenant, et vecteur d’interrogations. Le personnage d’Abe est complexe, singulier, touchant et atroce à la fois. On a envie de le plaindre, et de l’étrangler tour à tour. Finalement, qu’est ce que la morale et la justice ? Et puis, ne doit-on pas tout tenter pour être soi même heureux ?

Ce dernier Woody ne restera pas dans les annales pour moi, malgré un Joaquin Phoenix saisissant et une histoire relativement originale. C’est à la naissance d’un tueur que l’on assiste, avec son cortège de scènes à la fois burlesques et tragiques. J’ai été moins convaincue par le côté verbieux et ces explications permanentes qui enlèvent un peu de son charme au scénario et de leur mystère aux personnages. Comme pour les vins la critique estampille chacun des films du réalisateur des étiquettes « petit ou grand Woody Allen ». Pour la simple spectatrice que je suis, je le qualifierais de petit « Woody Allen », sympa, divertissant, mais moins surprenant et saisissant qu’un Match Point, par exemple.

Ce cru 2015 du réalisateur le plus prolixe du paysage cinématographique se regarde sans déplaisir, mais sans faire sauter au plafond non plus.

Publicités

12 réflexions sur “L’homme irrationnel – Woody Allen

  1. Audrey dit :

    Comme tu le sais, j’ai été encore moins emballée que toi… Il faut dire que je n’ai pas accroché avec le personnage d’Abe donc ça n’a pas aidé ! J’ai été tellement surprise de ne pas retrouver la patte du réalisateur que je me suis laissée aller à l’ennui… Je ne m’attendais pas du tout à ça !
    Espérons qu’Emma Stone ne soit pas présente dans celui de l’année prochaine alors ! 😉

  2. filou49 dit :

    ah ben moi je vous trouve bien sévère toutes les deux… pour moi-et j’aimais déjà énormément Magic in The Moonlight meme si il était plus léger que celui ci c’est un excellent cru allénien, pour moi sans doute du meme niveau qu’un Match Point…Woody ressasse sans doute les mêmes thématiques et cette variation autour de crime et chatiment a déjà été abordée dans plusieurs de ces films mais il le fait toujours avec une intelligence et une profondeur rarement vu ailleurs..lecoté verbieux dont tu parles est inhérent aux films du maitre et personnellement je préfère largement ca aux films contemplatifs ou minimalistes comme on en voit partout… et personnellement je trouve au contraire de vous qu’Emma Stone, nouvelle muse du cinéaste l’inspire presque autant qu’une Mia Farrow ou une Diane Keaton en son temps… donc perso je suis à 100% sans réserve derrière cette homme irationnel:o)!!

    • auroreinparis dit :

      Ah oui on est en effet diamétralement opposés dans nos sentiments vis à vis de ce film. Je n’ai pas retrouvé depuis les deux derniers ce que j’aime chez Woody Allen, et Emma Stone n’est pas une comédienne que j’affectionne. C’est plus un ressenti qu’une analyse, je ne suis qu’une cinéphile du dimanche. En revanche j’apprécie tjs autant Joaquin Phoenix !
      Bonne journée 🙂

  3. tinalakiller dit :

    J’ai bien aimé ce dernier Woody Allen. Bon c’est pas un chef-d’oeuvre, je pense qu’on est d’accord, ça n’atteint pas le niveau d’un Match Point (mais dans la même veine, je le préfère à Crimes et délits par exemple). Effectivement c’est parfois bavard, long à se mettre en place et Stone (pas mal) a trop de mimiques.
    Mais l’ensemble m’a plu, dans le sens où y a quelque chose de léger, de plaisant et en même temps l’écriture est d’une grande efficacité et d’une réelle profondeur. Et puis Joaquiiiin est vraiment génial dedans !

    • auroreinparis dit :

      Joaquiiin est vraiment génial, je te l’accorde. Ce n’est pas un mauvais film selon moi, et le thème est interessant, mais il y a quelque chose que je n’ai pas aimé, ou moins, je ne suis pas rentrée dedans comme avec Blues Jasmine par exemple ! Ceci dit, j’irai voir toutes ses productions jusqu’à la fin maintenant !

      • tinalakiller dit :

        A mon avis, le seul souci de ce film est le début un peu long, je pense que c’est pour ça que tu as eu du mal à entrer dans l’histoire – ce qui est compréhensible. Dans Blue Jasmine, il y a une sorte de suspense qui fait qu’on a immédiatement envie de savoir ce qui s’est passé (et puis Blanchett parait dingue dès le début alors que là Phoenix est certes dépressif mais on met du temps à comprendre à quel point… voilààààà !).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s