Blackout total – Steven Brill

2Mégan est une jolie blonde un brin coincée, bien sous tout rapport mais journaliste de second zone. Elle vise un poste sur une chaîne bien plus prestigieuse. La voilà à un tournant de sa carrière. Malheureusement, le poste lui est raflé par une rousse au patronyme asiatique, et son homme la quitte car » elle a changé ». Mégan est au fond du trou, mais heureusement, elle a deux copines fabuleuses qui vont la sortir, et lui changer les idées. Mégan boit un peu trop, finit chez un charmant inconnu, se réveille en pleine nuit et se barre en douce. Sans son portable. Sa voiture avec son sac à l’intérieur vient de se faire emmener à la fourrière. Entre temps elle apprend que le poste lui est finalement réattribué. Commence une longue, longue journée …

Désargentée, revêtue de la robe ultra moulante et jaune poussin que lui a prêté sa copine, elle cherche la fourrière pour retrouver sa voiture et se rendre au travail. Présenter les news de 17h. Mais la route sera longue, et semée d’embuches. Ayant eu la chance de partir plus tôt du travail, je me rendais à la séance de 18h. J’avais envie d’un film léger, et Blackout total tombait bien. Pour être léger, il est léger. Et même plutôt drôle parfois, il faut bien le remarquer. J’ai vécu quelques bon instants de rigolade avec des scènes bien trouvées. Difficile de dire que l’on passe un mauvais moment, surtout quand le personnage principal est une bombe en robe moulante perchée sur talons hauts.

Cependant, les clichés qui jalonnent tout le film du début à la fin, certains gags trop lourds et téléphonés, et cette fin pataude et mièvre le desservent toutefois. Fin à la fois tirée par les cheveux, et bien trop enthousiaste pour convaincre. Ensuite le rythme ne tient pas, les situations plus incohérentes les unes que les autres font sourire au début, mais lassent sur le long terme. Ce n’est pas la comédie de l’année. Si je reconnais que la première moitié du film est parfaitement divertissante, on ressent ensuite la traversée du désert de l’héroïne comme si c’était la notre.

Il y a du bon, des rencontres amusantes, mais il y a surtout du banal, déjà vu, et surtout assez lourd dans ce « Blackout total« . Et puis, je tiens à souligner que ce titre à la Française est une vraie bétise quand on sait qu’elle n’a jamais rien oublié de sa soirée … « Walk of shame » aurait dû être conservé. De toute évidence ce film se laisse regarder pour une soirée sympa devant une pizza et un verre de vin, entre copines de préférence.

Publicités

8 réflexions sur “Blackout total – Steven Brill

  1. nanou dit :

    C’est marrant, ta conclusion c’est exactement ce que je me suis dit en voyant la bande annonce ! Moralité, je n’irai pas le voir au cinéma mais attendrai sa diffusion un dimanche soir à la télé !

  2. Geo dit :

    La bande annonce avait l’air fun mais ça sentait le film pas très fin… On avait déjà tout vu dans la bande annonce ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s