Omar – Hany Abu-Assad

1« Omar » avant d’aller le voir au cinéma, n’était pour moi qu’une affiche avec de jolies couleurs. J’avais bien noté l’avertissement comme quoi il n’était pas tout public, mais je ne savais pas ce que j’allais voir. Puis j’ai lu le synopsis dans la salle de cinéma. C’est l’histoire très compliquée d’un territoire morcelé et en proie aux revendications Palestiniennes d’une part et Israéliennes d’autre part. Etant partie en Israël cet été, ayant visité Jérusalem et vu le mur, ce film m’a parlé un peu plus qu’il ne l’aurait fait quelque mois plus tôt. Alors évidemment, il n’a rien de drôle. Et la tension est permanente.

C’est l’histoire de jeunes Palestiniens vivants en Cisjordanie, membres d’un réseau de résistance contre l’occupation Israélienne. Ils commettent ensemble un attentat, puis l’un d’eux est arrêté par l’armée Israélienne qui le relâche en échange d’informations. Seulement, il n’est pas le seul « traître » dans l’histoire, et pour l’amour de Nadia, ils se retrouvent dans un sale pétrin, le nœud coulant autour de leurs cous se resserrant un peu plus à chaque action. Comme je le disais la tension est permanente, la situation des deux jeunes garçons, Omar et Amjad, parait absolument sans espoir. Même l’amour qu’ils portent à la même femme parait un gouffre de plus entre eux et la liberté.

Non, ce n’est pas drôle, et le scénario est asphyxiant, comme cette situation politique étouffante et terriblement délétère. Mais c’est très maîtrisé, la réalisation dure souligne à merveille le propos. Chaque personnage tient son rôle à merveille, les comédiens sont impressionnants. On est dedans, et l’on sombre nous aussi. Sur fond de drame politique, le film se révèle un véritable thriller haletant qui prend en compte la complexité de la situation, sans donner dans le cliché ou la propagande manichéenne. J’ai aimé observer le tiraillement entre les désirs de ces combattants, entrer dans leurs pensées, leurs contradictions, leurs tensions intimes et leurs battements de cœur.   

Fort d’une réalisation efficace, livré avec émotion et nuance, « Omar » est surprenant jusqu’au dernier plan. Il met également en lumière un jeune acteur magnétique dans le rôle éponyme : Adam Bakri. Bref, une réussite que je ne regrette pas d’avoir découverte.

Publicités

18 réflexions sur “Omar – Hany Abu-Assad

  1. Isa dit :

    Je n’avais pas entendu parler de ce film mais tu me donnes bien envie d’aller le voir . Et comme je suis seule ce weekend et 3 jours à combler , je vais avoir le temps cette fois-ci !

    • auroreinparis dit :

      Oh oui, je pense que tu ne perdras pas ton temps. J’ai vu seulement les affiches dans la rue, je n’en savais rien, mais je suis très contente d’avoir pris le temps de le voir.

    • auroreinparis dit :

      J’espère que suite à mon article quelques personnes se décideront à aller le voir, ce genre de films assez confidentiel ( malgré son prix au Festival de Cannes !!) vaut d’être vu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s