Jeune et Jolie de François Ozon

1Jeune et jolie, ainsi que certains propos du réalisateur ont choqué lors du festival de Cannes. Personnellement j’attendais avec curiosité, sans le moindre jugement, de voir ce qu’il allait nous dire, ce film sur l’adolescence, la relation au sexe, la recherche de ses limites, sujets reposant sur celui de la prostitution. Isabelle  est une jeune femme un peu secrète, douce, qui parle à son frère, mais ne s’ouvre vraiment à personne. Lors de ses vacances en famille, elle fait la connaissance d’un jeune Allemand qui lui fera perdre sa virginité sur la plage, et de la plus banale des manières.

Allongée comme une étoile de mer, ne ressentant ni sentiment ni plaisir, avec juste la certitude que le cap est passé, Isabelle n’a que la conscience d’être un objet de désir pour l’œil masculin. On la retrouve, en automne, déambulant en talons hauts dans le couloir d’un hôtel, pour rencontrer un homme qui pourrait être son grand père. IL y en aura bien d’autres. On a la sensation que sa nouvelle vie la dégoûte autant qu’elle la fascine, elle est totalement addict à ses rencontres, on se doute bien que l’argent n’est pas la motivation. Juste une satisfaction de ne pas s’offrir, mais de se vendre, de voir qu’elle attire les hommes à tel point qu’elle peut obtenir d’eux de l’argent.

La prostitution peut être une nécessité, comme certaines étudiantes qui y ont recours pour gagner plus vite de quoi vivre, ou/et un véritable fantasme. Je ne trouve pas ce film voyeur, malsain ou avilissant. Je l’ai trouvé un peu dérangeant bien sur, mais sensible, dur et doux à la fois, enivrant … A aucun moment on a une quelconque réponse à  » qu’est ce qui pousse une jeune fille à se prostituer » , si ce n’est un certain désir de clandestinité, de franchissement de limites sociétales, de mise en danger quand dans la société des adultes, tout n’est de toute façon que désillusion et façade.

Marine Vacth est d’une beauté lumineuse, parfaite pour ce rôle, avec de très rares souries qui illuminent,et des airs mélancoliques comme des diamants bruts. L’intelligence de François Ozon est de n’avoir pas fait un film bavard, mais discret et sensible, avec une mise en scène sans excès ni vulgarité. Cette exploration de l’adolescence à travers la prostitution est certes, troublante, mais brillante. Tant dans la réalisation, que dans le choix de Léa, que dans le scénario, et grâce au petit parfum de scandale qui flotte autour de notre fascinante héroïne, Ozon a réussi un très bel objet cinématographique qui m’a beaucoup émue.

Publicités

15 réflexions sur “Jeune et Jolie de François Ozon

  1. Flo dit :

    Comme toi j’ai bien aimé ce film. Comment ne pas tomber sous le charme de Marine ?!
    Mais si l’absence totale d’explication peut sembler intéressante, laissant a chaque spectateur le choix des raisons qui poussent la jeune fille à se prostituer, cela m’a quand même un peu dérangé. Je suis restée un peu en dehors, frustrée de ne pas comprendre.
    En revanche quelle dernière scène !
    Pour info, je me rapproche beaucoup la critique des Inrock : http://www.lesinrocks.com/cinema/films-a-l-affiche/jeune-jolie/

    • auroreinparis dit :

      En effet, quelle dernière scène !! Je n’ai pas autant aimé ce film que ce  » dans la maison » d’oct dernier qui était un coup de coeur, mais tout de même, je ne pouvais pas le louper !

  2. petiiteconne dit :

    Je n’en attendais pas grand chose mais je l’ai visionné avec plaisir. Plus le temps passe et plus je me dis que c’était un bon Ozon quand même. Pas le meilleur mais bien plus intéressant et profond que ce que certaines critiques presse ont voulu nous faire croire.

  3. groniec dit :

    Je viens de le voir et je suis assez troublé par ce film. J’ai beaucoup aimé, Marine Vatch est une excellente actrice. J’ai trouvé Géraldine Pailhas qui joue sa mère très bonne également. La mise en scène est parfaite. Jamais dans l’excès. Je me sens un peu bizarre après cette séance. Je pense que c’est parce que c’est un film dérangeant. Je me demande comment réagirait un public de 17 ans à ce film…

    Bref, encore une fois tu as été de bon conseil.

    • auroreinparis dit :

      Pareil j’étais troublé mais j’en suis sortie charmée, surtout par la liberté que nous laisse François Ozon dans notre interprétation. Ca fait du bien de ne pas être guidés jusqu’au bout … !
      Contente qu’il t’ait plu !

      • groniec dit :

        Ah et je voulais ajouter que j’étais d’accord avec toi sur ses quelques rares sourires qui illuminent l’écran. C’est juste dingue!

  4. Livy dit :

    Ce film est une perle que j’ai beaucoup apprécié également. Je ne suis sans doute pas très objective car je place Ozon dans mes réal’ fétiches. Mais en même temps, le thème est abordé avec une finesse et une intelligence évidentes, la psychologie qui s’en dégage ne peut laisser de marbre (même si elle peut aussi en déranger certains), alors comment y rester insensible. Le choix du casting, de plus, est excellent.

    • auroreinparis dit :

      Complétement d’accord avec toi, et Ozon fait aussi parti de ces réals dont je ne rate pas les films.
      J’ai aimé qu’il nous laisse le choix dans l’interprétation, c’est un truc qu’il fait avec brio !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s