Le petit dernier de Maitre Burton : Dark Shadows

Je n’ai pas encore eu l’occasion de faire l’expo Tim Burton à la cinémathèque, et en même temps, elle ne clôt ue début aout, mais je ne rate pas les films de ce réalisateur particulier. Depuis Édouard aux mans d’argent qui m’avait enchantée et faite tomber amoureuse de Johnny Depp, l’acteur fétiche de Tim, je ne manque pas une sortie. Alors malgré le fait ue la bande annonce ne m’ait pas séduite outre mesure et que les échos que j’en ai eu ne fussent pas fameux, j’allais quand même  voir Dark Shadows dans mon UGC préféré.

J’ai été plutôt agréablement surprise, je m’attendais à pire. Bon, il est vrai que le meilleur du film réside dans la présentation du personnage principal  et de sa tragique histoire mais y’a de l’idée et de l’humour dans tout le film. Pas aussi magique que les autres, cet opus qui nous raconte l’histoire de Barnabas Collins est peut être plus démonstratif, explosif, moins fin et subtile. Comme si Tim nous avait concocté un pastiche. Mais elle est tout de même drôle cette histoire d’amour démoniaque! La famille Collins a fondé la ville de Collinsport, dans le Maine, en bâtissant un empire dans la pêche. Barnabas, une fois adulte, s’envoyait de temps en temps une mignonne petite servante, tout en tombant amoureux d’une autre, la noble Henriet. Manque de bol, la petite servante se révèle être une puissante sorcière qui, faute d’obtenir l’amour du Maitre, va s’efforcer de détruire sa famille, siècle après siècle tout en n’oubliant pas de le transformer lui même en monstre.

Eva Green, sexy en diable, campe un personnage réjouissant. La femme blessée, bien plus blessée qu’amoureuse d’ailleurs, qui ne va cesser de poursuivre son amant, et se transformer au fil des années en requin des affaires, et en femme fatale. Sans doute ma préférée, mais le vampire d’un autre temps revenu d’entre les morts, avec son humour décalé m’a aussi beaucoup amusée. L’humour très noir, et parfois outrancier me ferait presque oublier les effets spéciaux à tire larigot de la fin, et qui ne sont pas ma tasse de thé.

Donc pour conclure, la plastique des images, et la mise en place de l’histoire nous tient en haleine. Malheureusement cela ne dure qu’une moitié de film. Après mon attention s’est relâchée, il y’avait trop d’esbroufe dans tous les sens. Seulement à moitié convaincue, donc.

Publicités

14 réflexions sur “Le petit dernier de Maitre Burton : Dark Shadows

  1. petiiteconne dit :

    Les effets spéciaux de la fin ne m’ont pas vraiment gêné, j’ai adoré le jeu (la folie) du personnage d’Eva Green et ses airs de poupée cassée ! Je me suis concentrée là dessus. Ce qui était un peu abusé, c’était le coup de la fille loup garou….franchement sans intérêt avec un peu de recul! C’est lié à la malédiction de la famille mais bon, j’ai pas vraiment compris l’intérêt pour ma part… Idem pour les fantomes. Effets spéciaux, certes, mais magnifiques!
    A mes yeux, il n’y avait pas assez d’humour justement, quand tu regardes la BO, t’as l’impression que ça va parler d’un vampire qui débarque dans les années 70 mais finalement, ça parle plus d’amour et de vengeance… :/

  2. petiiteconne dit :

    ps : je me suis super mal exprimée. Je voulais pas dire que les fantomes du film, ou plutot LE fantôme, n’avaient aucun intérêt ^^

  3. cultureandbeaute dit :

    Ah, j’ai eu un peu le même sentiment que toi en voyons la bande annonce, qui ne m’a pas séduite outre mesure même si en général je suis une grande fan de Tim Burton… Il y avait pour moi un peut trop de couleurs et d’humour potache, mais j’ai tout de même bien envie d’y aller (ce soir, d’ailleurs, je pense) afin de me faire une idée sur ce film 🙂

  4. Mskapje dit :

    Je suis donc aller le voit sans être une fan de tim burton et j’y ai passé un bon moment. Je rejoins ton analyse et celle de Petiite Conne (oui le loup garou, inutile !), sympa ms pas le film de l’année. Mais les images ♥♥♥

  5. "N" dit :

    Le dernier Burton n’est ni une pseudo comédie musicale, ni une adaption de livres pour enfants, et encore moins une commande de studio type Batman et j’en suis ravi ! Tim renoue enfin avec son genre la morbide comédie (Beetlejuice, Edouard aux mains d’argent).

    Par contre, que dire de cette débauche de couleurs…Alice a laissé des séquelles c’est indéniable… salope !

    Parallèlement on peut remarquer une surcharge pondérale niveau rôle et un travail bâclé niveau travail du rôle principal. Barnabas aurait mérité d’être plus décalé dans une époque en décalage.Et pour terminer, ce combat final bâclé, surchargé… En bref c’est oeuvre est comme une jolie femme aux grosses fesses, il faut regarder avec grand plaisir le début mais pas la fin.

  6. Heltès dit :

    Un peu du même avis que toi ! Je ne sais trop comment me positionner face à ce film. Un bon Burton avec humour et décalage, avec notre Depp. Mais moi c’est l’histoire qui m’a un peu ennuyé sur le long terme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s