[Cinéma] Les étendues imaginaires & Rebelles

Les étendues imaginaires – Siew Hua Yeo

Film court, tourné à Singapour, un titre accrocheur, un pitch original. Il ne m’en fallait pas plus pour me rendre en salle, visionner « Les étendues imaginaires ». Deux inspecteurs de police suivent les traces d’un ouvrier disparu. A Singapour, les terres poursuivent leur colonisation de la mer, le béton envahit l’eau, la ville s’étend, de plus en plus tentaculaire, construite par de petites mains, généralement chinoises, ou Indiennes.

Il est intéressant de découvrir quelques dessous de Singapour et de son urbanisation folle, à travers cette enquête. En revanche, difficile de suivre les deux personnages principaux, l’enquêteur et le disparu, qui semblent rêver l’un de l’autre, tout insomniaque qu’ils sont. Certains plans d’une beauté urbaine troublante et onirique, certains portraits frileusement attachants, ne suffisent pourtant pas à donner une véritable épaisseur et une cohérence crédible à ce premier film, qui nous perd un peu trop vite.

Ce qui m’a donné envie de voir le film : L’affiche + qu’il soit tourné à Singapour


Rebelles – Allan Mauduit

Moins exotique comme contrée puisque l’histoire de ces trois femmes de choc prend place à Boulogne sur Mer, dans le Nord de l’hexagone. Une ancienne reine de beauté débarque dans une conserverie après avoir fuit le Sud et un compagnon apparemment violent. Elle se retrouve à mettre en boite, et pas façon de parler, son contremaître avec l’aide de deux de ses collègues. Sans oublier de voler l’argent que le contremaître gardait dans son sac de sport.  Mais ça ne sera pas sans ennuis, vous l’imaginez.

Le scénario souffre de maladresses et d’une photographie pas toujours soignée. Pourtant, il y a de très jolies séquences, décalées, singulières. J’ai notamment aimé l’une des scènes, juste avant la fin, que j’ai trouvé très poétique, et d’une intelligence réjouissante. Et il y en a certaines comme ça, très brillantes, lorsque l’on sort du potache trash. Les comédiennes assurent à la perfection mais les seconds rôles manquent de consistance. En somme, le résultat est inégal, naviguant entre pépites d’humour noir, et gags fastidieux. On passe toutefois globalement un bon moment.

Ce qui m’a donné envie de voir le film : La bande annonce

Qu’avez-vous prévu de voir ce weekend ? 

Publicités

4 réflexions sur “[Cinéma] Les étendues imaginaires & Rebelles

  1. Pascale dit :

    Jai vu et aimé Les Rebelles. J’ai beaucoup ri. Je crois comprendre de quel gag fastidieux tu parles… mais j’ai ri quand même. Ce n’est pas d’une grande finesse mais c’est réjouissant.
    Les 3 rebelles sont formidables.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s