[Série] 4 (bonnes) raison de regarder : The Sinner

The Sinner voit le retour de Jessica Biel sur les petits écrans. Celle que l’on a découvert dans 7 à la maison a maintenant 35 ans, et entre dans la peau d’une mère de famille qui commet, un beau jour d’été en famille, un horrible crime. Au vu et au su de toute la plage, elle attaque sauvagement au couteau un pauvre jeune homme qui n’avait rien demandé à personne et ne faisait que passer un bon moment, en musique, avec sa petite amie et ses amis. Lorsqu’elle se fait arrêter, ce crime insane intrigue le policier, qui se chargera de découvrir ce qui se cache derrière cet accès de folie.

Certes, on connait la coupable. Cora a bel et bien tué le jeune homme. Pourtant, chaque épisode nous permet d’avancer et de comprendre ses motivations à se jeter si sauvagement sur une personne avec qui elle n’a, à priori, aucun lien. Entre fausses pistes, mauvaises intuitions, et véritables indices, le scénario de The sinner nous happe et nous maintient en haleine pendant tout le visionnage. J’étais particulièrement comme une dingue sur les deux derniers épisodes. Malgré quelques manques de cohérence sur certains points, ça tient pas si mal debout, et surtout, on est complètement subjugué par la découverte de l’histoire dramatique de l’héroïne.

Cora a quelque chose de très attachant. On a peine à croire à sa monstruosité, au caractère délibéré de son geste. Tout concorde à faire comprendre que cette jeune femme a vécu une situation particulièrement traumatisante. Jessica Biel avec sa douceur, et son interprétation absolument magistrale, apporte une réelle plus-value à la série. Tout à tour vénéneuse, folle de rage, résignée, énigmatique, elle joue tout aussi bien la jeune femme que la mère. Toujours belle, avec ou sans maquillage.

Le rythme aurait pu être flottant, retomber comme un soufflé, tout donner sur la fin après des épisodes vains mais il n’en est rien. Entre les fausses pistes, les flash backs bien sentis et l’avancement de l’enquête, l’équilibre est trouvé. Il n’y a que les scènes de la vie privée de l’inspecteur Ambrose qui m’ont moins intéressée mais qui restent tout de même un maillon de la chaîne.  La série se décompose en 8 épisodes, ce qui est le juste nombre pour ne pas lasser ni bâcler.  Même si, je le redis, le scénario pêche par quelques incohérences et facilités, il reste de bonne facture sur la longueur.

L’atmosphère de la série est singulière, troublante, à la limite de l’épouvante, notamment lorsque l’on revit les scènes familiales de l’héroïne, avec sa mère mystique à la limite de l’hystérie. Dans cette ambiance glauque et malsaine, le spectateur est libre d’imaginer toutes les raisons possibles au geste de Cora, souvent balancé sur de mauvaises pistes comme la mémoire brouillée de la jeune femme.

Une série troublante, des personnages attachants, des tas de rebondissements et une vraie liberté d’investigation.

Nombre de saison : 1

Avez-vous vu The Sinner ? Pensez-vous regarder cette série ? 

 

Publicités

8 réflexions sur “[Série] 4 (bonnes) raison de regarder : The Sinner

  1. Eli Bennet dit :

    Hello! J’ai chroniqué il y a quelques semaines sur cette série, que j’ai aussi beaucoup aimée!
    Jessica biel est au top de son talent… et l’ambiance malsaine, c’est tout à fait ça… ça me glace le sang quand je repense à certaines scènes!
    Une très belle découverte!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s