Revue ciné : Les mauvaises herbes & Je danserai si je veux

Les mauvaises herbes, Louis Bélanger

Jacques se voit contraint de fuir Montréal en tenue de théâtre car poursuivi par un préteur sur gages qui entend bien récupérer son argent avec les intérêts. Il se retrouve en pleine campagne, par -30 degrés, et rencontre de manière providentielle Simon, qui lui promettra la discrétion sur sa présence chez lui, s’il l’aide à cultiver … du cannabis. A ce duo improbable s’ajoutera une jeune femme de la compagne d’électricité, qui aura fourré son nez dans ce qui la regarde pas. C’est un film à la fois drôle, irrévérencieux et tragique, posant des questions sur la filiation et le rapport à la famille. Lire la suite

Publicités