Revue ciné : Félicité & L’opéra

Félicité, Alain Gomis

Félicité vit seule avec son fils, elle chante dans un café pour vivre, et repousse sans cesse l’homme qui parait pourtant si amoureux d’elle. Un jour, son fils subit un grave accident de moto, il est alité à l’hôpital, hôpital qui lui demande de payer une somme exorbitante pour pouvoir l’opérer. C’est l’histoire d’une mère, d’une battante, qui n’hésite pas à enfoncer des portes fermées et à parcourir Kinshasa pour sauver son fils. C’est aussi l’histoire d’une femme, libre et fière. C’est un film poignant et beau, fait de long plans fixes, et de séquences oniriques. Sans s’apitoyer sur les moments difficiles, La République démocratique du Congo n’a pas l’assistance sociale de la France, « Félicité » dresse le portrait, tout en finesse, d’une femme. Lire la suite

Publicités