The lost city of Z, James Gray

The lost city of Z

Après deux semaines sans sortie cinéma, j’allais voir ce « The lost city of Z » sans avoir pris connaissance du synopsis, simplement rassurée par les 4 étoiles Allociné. Il me semblait bien qu’il y aurait de l’aventure, des explorateurs intrépides, et des cités antiques et mystérieuses, et tout ça, ça m’allait bien. L’histoire débute en 1906, Percy Fawcett est un soldat, désireux de gagner du gallon mais largement freiné dans ses ardeurs par un désastreux héritage familial. Ancien cartographe, il se voit proposer une mission en Amazonie, afin de délimiter les frontières de la Bolivie, ceci pour éviter une guerre sanglante sur fond de commerce de caoutchouc.

Une histoire d’aventure …

Le voilà parti, abandonnant durant quelques années femme et enfant pour assurer sa mission. Parti tracer des frontières, il aura l’intuition d’une civilisation inconnue et sous-estimée et fera de cette quête celle de sa vie. Loin d’Indiana Jones, ce film retraçant l’histoire vraie de l’explorateur britannique, a su avec intelligence et réalisme esquisser une personnalité entière, et un destin exceptionnel. Onirique parfois, d’une beauté subtile, The lost city of Z happe le spectateur du début jusqu’à la fin, l’emmenant avec notre héros chercher cette fantastique cité oubliée. Entre aventure, et quête personnelle, le réalisateur parvient à un équilibre subtile.

… Doublée d’un QUÊTE intime

Passionnante, malgré ses nombreuses et nécessaires ellipses, l’intrigue est aussi fascinante que l’image est belle. En plus de présenter un scénario solide, le réalisateur a su faire de son film, un film d’atmosphère, légèrement mystique, berçant, happant, entre rêve et réalité. Une époque, un personnage, des lieux, tout est filmé avec brio et maîtrise, rendant l’épopée aussi bien physique que viscérale. Il interroge, questionne la relation entre les peuples, sans souffrir du moindre manichéisme ni aveuglement. Il s’agit, à mon sens, et pour résumer, d’un portrait intime et intimiste à la croisée des chemins.

Pour résumer

Biopic intime et aventureux d’un homme exceptionnel , d’un véritable explorateur , The lost city of Z,  n’est pas un film d’action, mais un vrai film d’Histoire et d’aventure personnelle. Vivement recommandé !

Et vous, vous l’avez vu? Il est dans votre liste des sorties cinéma ?

Publicités

4 réflexions sur “The lost city of Z, James Gray

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s