Paradise Lost – Andrea Di Stano

7Benicio del toro en Pablo Escobar, il n’en fallait pas plus pour que je désire voir ce film. Il s’agit de l’histoire de Pablo Escobar, baron de la drogue colombien, mais aussi homme politique très controversé, vu par les yeux du fiancée de l’une de ses nièces, Maria. A cet instant de l’histoire, le meurtre du ministre de la justice déclenche une guerre civile dans le pays, que seul la reddition du narcotrafiquant pourra endiguer. Mais avant de se rendre, Escobar lance une vaste entreprise de nettoyage qui n’épargne pas le jeune Nick. On plonge dans une période trouble, le début des années 90, et la caméra d’Andréa Di Stano nous livre un film plein d’action et de tension.

Benicio Del Toro campe un Pablo Escobar tel que je me le représentais, à la fois patriarche aimant, à la fois redoutable gangster, assassin trouble et sans loi. Il est fascinant, terrifiant, et même monstrueux. Escobar, cet homme autant adulé que détesté, fut un parfait personnage pour le réalisateur qui souhaitait travailler autour d’un personnage historique ambigu. En revanche, le jeune Nick, fiancé de la nièce d’Escobar dans le film, n’est qu’un instrument imaginaire pour faire émerger la personnalité duale du narcotrafiquant.

Pas vraiment un biopic, pas tout à fait une fable « Lost Paradise », tendu à souhait, se laisse parfaitement regarder grâce à un casting impeccable et une réalisation efficace. Le scénario est rigoureux et intelligent, il montre bien l’ambiguïté du personnage historique qui se dévoile de plus en plus au fil des scènes. Je suis en revanche troublée par ce mélange de réel et de fiction, car même si j’ai apprécié le personnage de Nick, je me demande si l’on aurait pas pu éviter d’en passer par sa création.  J’ai l’impression avec le recul qu’il affadit l’Histoire, la romance avec la jeune nièce d’Escobar rend la fiction un peu caricaturale.

En résumé j’ai passé un bon moment avec Benicio Del Toro, j’ai aimé rencontrer Escobar mais le mélange fiction-biopic me laisse toute de même sacrément perplexe.

Publicités

2 réflexions sur “Paradise Lost – Andrea Di Stano

  1. Audrey dit :

    Il me tente bien… mais je suis un peu réticente à cause du principe de base ! Confronter un personnage fictionnel à un personnage historique n’est pas nouveau mais ça a plus ou moins d’intérêt selon les films/les livres… :-/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s