Shadow Dancer de James Marsh

2Belfast, en 1973. Une gamine refuse d’aller chercher les cigarettes de son père, et envoi son petit frère à sa place, moyennant finance. Le petit reviendra au bercail une balle dans le corps, porté par ses frères.  Depuis, les enfants de la famille se sont engagés dans le terrorisme en intégrant l’IRA. Lors d’une tentative d’attentat au colis piégé dans le métro de Londres en 1993, la jeune fille devenue grande se fait attraper par les services secrets Britanniques.  Elle ne devient libre de retourner chez elle que sous peine de devenir l’Indic de  » Mac ». Une nouvelle vie d’angoisse commence pour elle.

Voilà un film comme je les aime, dans lequel on est sous tension en permanence, dont le suspens est maîtrisé  et la réalisation sans fioriture ou action inutile. On se trouve au coeur d’une histoire d’agents secrets et de terroristes. Ce que retransmet le mieux la caméra de James Marsh ce sont les atmosphères, et les émotions. A noter la prestation éblouissante et fascinante d’Andrea Riseborough, qui incarne avec brio cette femme discrète et rongée par l’angoisse, mais pas si manipulée qu’on pourrait le croire … Le film m’a tenue en haleine de bout en bout, à la fois historique et totalement fictif, il a su nous emmener au coeur d’un conflit réel, tout en ménageant la tension et le suspens de l’histoire. Clive Owen dans le rôle d’agent du MI5 se défend aussi très bien, dévoilant son humanité dans un jeu pourtant cruel.

On ne rentre pas dans la sentimentalité exacerbée qui aurait pu être de mise avec ce genre de thème. Le gentil agent secret qui tomberait amoureux de la belle terroriste, et qui s’enfuirait avec elle pour faire des tas de bébés. Oh non, on est bien loin de là. La réalisation nerveuse et précise, le style sec et sobre des personnages font de l’ensemble une réussite en matière de film politique. En sortant du cinéma, nous avons pensé à La Taupe, Shadow Dancer étant un peu dans la lignée de ce film que j’avais beaucoup aimé, quoiqu’en plus abordable peut être.

Sobre à l’extrême, économe de mots, avec des mécanismes bien huilés, Shadow Dancer fonctionne véritablement très bien.

Publicités

12 réflexions sur “Shadow Dancer de James Marsh

  1. filou49 dit :

    ah oui tu m’avais dit que c’était ton copain qui avait bon gout en étant tenté par ce film que j’ai vu et qui est à la hauteur de mes esperances….je n’ai pas vu la taupe mais il m’avait semblé que c’était plus complexe plus axé espionnage…ici c’est avant tout très intimiste, tres pscychologique et tres prenant en meme temps…une très belle surprise!!!

    • auroreinparis dit :

      Exact une belle surprise, c’est vraiment le genre de film que j’aime. Comme tu le dis, c’est intimiste, et j’aime beaucoup. J’avais peur que ce sot un film d’action, je ne le voyais pas comme ça !

    • auroreinparis dit :

      Il est bon, mais l’actrice principale remporte la palme de la meilleure actrice du film ! Et il y aussi le mec qui jouait dans Ana Karenine ( et l’un des frères de Ron ds les Harry Potter), je l’aime bcp !
      Merci pour le compliment ^^

  2. Livy dit :

    A tenter peut-être. J’avoue que je ne suis pas motivée plus que ça de prime abord. Mais le casting, et surtout cette sobriété que tu évoques semble intéressante !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s