[Cinéma] Douleur et gloire, le dernier Almodovar

On ne présente plus Almodovar, le plus célèbre réalisateur Espagnol. Il revient cette année avec un film qui a fait fureur dans les critiques presse, une œuvre à priori très personnelle, dans lequel le réalisateur se met en scène sous les traits d’un Antonio Banderas fatigué, malade, vieilli, perclus de douleurs. Je ne suis pas suffisamment renseignée sur Pedro pour l’y voir s’incarner, mais il semble y avoir une furieuse volonté d’auto fiction. Un genre casse gueule. Lire la suite

Publicités

Julieta, le dernier cru d’Almodovar.

1La bande annonce m’avait laissée perplexe et assez peu intéressée par le pitch. Pourtant, il était hors de question que je passe à côté d’un Almodovar, dont j’ai découvert le travail en 2004 en même temps que Gael Garcia Bernal dans la Mala educacion. Me voilà donc au cinéma pour découvrir ce film qualifié de magnifique portrait de femme et auquel la presse avait accordé ses faveurs. Julieta est une femme dans la cinquantaine, en apparence épanouie et prête à faire ses bagages pour suivre son Jules au Portugal. Lorsqu’elle croise l’amie d’enfance de sa fille, son assurance vacille, sa vie se fissure, elle rompt sa promesse et reste à Madrid. Lire la suite