Revue ciné: Au revoir là-haut & Jeune fille

On dit beaucoup de bien du dernier né de Dupontel, adapté du prix Goncourt 2013.  Dupontel a toujours aimé les personnages barrés et laissés pour compte. Même si, à priori, l’histoire me tentait peu, je me laissais séduire. Edouard Péricourt est une gueule cassée de 1918, qui se fera passer pour mort. Fils d’un riche notable Parisien, il ne veut pas rentrer chez lui, et s’invente une personnalité fantasque derrière les masques qu’il crée. Il est aidé par son compagnon de la guerre, et une petite fille. Voici un conte fantasmagorique, aux décors fabuleux, aux personnages singuliers, duquel on ne sort pas totalement indemne. Lire la suite

En équilibre – Denis Dercourt

1Séance de 22h15 dans mon cinéma de quartier, film projeté : « En équilibre ». Parmi la flopée de films qui me tentent cette semaine, celui-ci m’avait interpellée par son comédien principal, Albert Dupontel, que j’aime retrouver dans des rôles tragiques. Il y a toujours eu du tragique dans tous ses personnages, même les plus drôles. Pourtant celui-ci me paraissait un peu éloigné des rôles qu’il endosse habituellement, un homme brisé mais décidé à vivre, qui se bat contre les assurances prêtes à profiter de son état de faiblesse, qui ne se lasse pas de reconquérir le cheval qui l’a condamné à la chaise roulante, prêt à aimer une femme et à la séduire … Lire la suite

9 mois ferme – Albert Dupontel

5Le dernier Dupontel est sorti, je ne loupe aucun des films qu’il réalise car j’aime l’inventivité et ce petit vent de bonheur qu’il y met. Il parle toujours de loosers magnifiques, ces anti-héros ordinaires à qui il arrive d’extraordinaires aventures. Cette fois, il s’intéresse à une juge brillante de quarante ans, éternelle célibataire studieuse, qui ne pratique comme seule activité extra-professionnelle qu’un peu de danse classique dans son salon. Elle n’est pas du genre à picoler, et pourtant le soir du Nouvel An au Palais, la voilà en train de vider flûtes de champagne sur flûtes de champagne. Lire la suite