Ma loute – Bruno Dumont

1De ce réalisateur je n’avais vu que le confidentiel et bouleversant Camille Claudel, porté par l’incomparable Juliette Binoche. De ce « Ma loute« , je ne savais rien si ce n’est la présence du trio de comédiens : Fabrice Lucchini, Juliette Binoche et Valeria Bruni Tedeshi. L’humour de ce film semblait barré et les comédiens hors de leurs zones de confort, je décidai de découvrir cet ovnis de comédie. L’histoire est sise dans le Nord de la France, plus précisément dans la Baie de Slack, où les gens des villes du Nord se rendent en villégiature durant l’été. Le réalisateur a choisi l’année 1910 pour planter son décor. 

Dans la baie de Slack, les gens disparaissent mystérieusement. Les policiers qui mènent l’enquête dans les dunes ne trouvent aucun corps, donc aucun indice, et le mystère s’épaissit de jour en jour. Dans le même temps, Billy, enfant de vacanciers, s’amourache de Ma loute, jeune gars du coin. Dès les premières minutes, le film surprend par le jeu très particulier des personnages, avec une Binoche grandiloquente et hystérique, et un Lucchini aux antipodes de son jeu habituel, habité par une sorte de regard ahuri et de gestes saccadés. Ces deux-là particulièrement en font des caisses, et des caisses, comme dans une comédie de boulevard particulièrement théâtrale.

Surréaliste, burlesque, drame et fresque social, polar, histoire d’amour décadente, Ma loute déroute le spectateur, cassant ses codes et ses rythmes habituels. Des scènes mordantes succèdent à quelques jolis morceaux de gore, en passant par de la romance bleue. Le réalisateur se moque des riches bourgeois dans une farce cruelle et originale, singulière dans sa réalisation, son image, ses dialogues et le jeu des comédiens. L’humour contenu dans chaque geste, chaque mot, chaque plan, se révèle audacieux, sortant des sentiers battus, utilisant des mécanismes subtils pour provoquer le rire du spectateur. Quelques longueurs et moments de flottement viennent déstabiliser l’ensemble mais sans pour autant le faire chavirer.

L’humour absurde, burlesque et tragique à la fois souffle comme un vent nouveau sur le cinéma Français. Quelques longueurs viennent ombrager le tableau, lui donnant un aspect répétitif.

Nb : Ma loute est présenté au Festival de Cannes.

Publicités

4 réflexions sur “Ma loute – Bruno Dumont

  1. matchingpoints dit :

    Notre commentaire a du se perdre en chemin…Nous ne savons pas que penser de ce film, nous ne l’avons pas compris ou n’étions peut-être pas dans le mood pour le digérer, trop loufoque, trop lourd en tout…

    • auroreinparis dit :

      Oui j’ai vu l’un de vos commentaires, que vous ne saviez ni quoi en pensez, ni comment écrire dessus. Je ne savais rien du film mais j’ai vu la bande annonce juste avant le film ( erreur de manip ?), et ça m’a donc plongée dans l’univers.Monsieur a moins aimé !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s