Big bad wolves – Aharon Keshales et Navot Papushado

2Le film était recommandé par Tarantino lui même, se trouvait dans la sélection de Filou et avait les faveurs de mon amie, je n’ai pas résisté aux sirènes qui m’encourageaient à aller le voir. Et grand bien ma pris. J’ai pris une énorme claque, de celle qui font te souvenir longtemps d’un film. Interdit au moins de 16 ans et comportant des scènes cruelles, notamment de torture, j’avoue n’avoir pas été très rassurée, et avoir hésité jusqu’au bout à filer dans une autre salle. Mais heureusement, je suis restée. Ce film Israelien raconte l’histoire d’un flic, qui poursuit un suspect de pédophilie et de crimes odieux sur plusieurs enfants. Il se montre violent avec le suspect et se trouve démis de ses fonctions, mais peu importe, coûte que coûte, il en fait une affaire personnelle. C‘est l’histoire de ce suspect, déjà presque reconnu coupable alors qu’il ne cesse de clamer son innocence. Enfin, il y a le père de la dernière enfant retrouvée, qui se met, lui aussi à la recherche du suspect pour lui soutirer une information cruciale, mais où se trouve donc la tête de sa gamine ?

Les bases sont posées. Un prof suspecté très intimement d’être un pédophile tueur par un flic et le père d’une gamine. Le voilà traqué comme du gibier dans une chasse à cours. Il ne cesse de clamer son innocence, tout le temps, dans n’importe quelle situation, dans toutes les scènes. Le puzzle se met en place dès le début, mais les scènes sont tellement bien agencées que peu d’indices filtrent sur le personnage du tueur. Impossible de savoir si ce que disent les uns et les autres est vrai, si cet homme est honnête ou coupable, si l’on massacre un innocent ou un monstre. Impossible de sortir indemne d’un tel film qui vous transperce, vous happe de bout en bout sur un rythme lent mais fascinant. Et au milieu de toute cette horreur, un incroyable humour noir . Ce « Big bad Wolves » de son générique de début à son générique de fin est une pure merveille.

Il y a des scènes magnifiques, des plans fixes d’une beauté cruelle et subjuguante, d’autres burlesques et absurdes. Un savant dosage entre divers styles.  Les comédiens sont fabuleux,  d’une cruauté morbide et mauvaise, à la limite de la folie furieuse. Je n’ai pas eu les nerfs assez solides pour supporter les scènes de torture, néanmoins elles ne représentent pas l’essentiel du film. Méchant, inconfortable, à l’humour détaché et ironique, il me rappelle certaines scènes des Tarantino, avec juste beaucoup moins de moyens. Big bad Wolves m’a convaincue, happée, et retournée. Mais ce n’est pas l’avis de tous les spectateurs puisque plusieurs d’entre eux ont quitté la salle. J’ai lu des critiques presse vraiment pas tendres à son sujet .Je reste pourtant affirmative, la réalisation est brillante, les comédiens stupéfiants et l’humour grinçant et noir, décoiffant.

Oeuvre à ne pas mettre devant tous les yeux, « Big bad wolves » n’en est pas moins un film galvanisant, angoissant, terrifiant, qui nous plonge au cœur de la nature humaine la plus obscène et la plus monstrueuse.

Publicités

9 réflexions sur “Big bad wolves – Aharon Keshales et Navot Papushado

  1. matchingpoints dit :

    Voilà un film qui nous tente par votre critique et malgré les rétisances par rapport au sujet…nous venons de voir qu’il est diffusé dans un seul cinéma à Marseille en VF et un autre à Aix en VO, à 22h. Il va falloir se dépêcher !

    • auroreinparis dit :

      Je suis étonnée qu’il ne soit pas plus diffusé mais c’est vrai que ce n’est pas un film tout public. Malgré ça, j’en garde une impression vraiment très bonne. J’espère, si vous allez le voir, que vous aimerez, car j’ai eu l’impression que la presse n’était pas tendre !

      • loubiapolo dit :

        C’est vrai que c’est un film qui ne laisse pas indifférent. Pour ma part j’ai adoré. Je me suis totalement laissé porter par l’intrigue. Tout le long du film on s’interroge sur ce Dror, coupable? innocent? Il est excellent.

        La scène qui me reste à l’esprit (entre autres) : l’agent immobilier à qui le père demande de rester dans cette cave glauque et de crier le plus fort possible pour qu’il puisse se rendre compte de l’isolation des lieux … comme c’était pesant mais en même temps drôle!!

        Très bon film merci ! Je recommande également.

        A suivre avec « Rabies » …

      • auroreinparis dit :

        Super film en effet, cette scène m’a marquée aussi. J’étais pas sure que ça soit le père, j’ai eu un doute et j’i pensé un instant que c’était peut être le tueur
        Le flic est génial et ce qui se passe dans cette cave, absolument dingue.
        Certains trouvent que c’est une pâle copie des Tarantino, mais moi je trouve qu’il a son identité propre et le réal a de l’avenir !
        merci pr ton commentaire !

      • loubiapolo dit :

        Bien sûr!! Moi aussi j’ai cru que c’était lui le tueur, il était beaucoup trop angoissant ce mec! Et la façon de filmer a rajouté au stress entourant cette scène.
        Et le gamin du gros flic, il m’a trop fait rire à menacer l’autre flic (excellent acteur)… et il était tellement énervant à la fois !! haha

        Par contre pour le pâle copie de Tarantino je trouve pas non plus. Il y a du Tarantino comme il y a probablement d’autres références/inspirations.

        Et s’il a réussi à autant nous captiver c’est que c’est pas si pâle que ça.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s