Le musée imaginaire d’Henri Langlois – à la Cinémathèque

2Pour célébrer le centenaire de sa naissance, la cinémathèque rend hommage actuellement, et ce jusqu’au 3 août, à celui qui l’a crée, Henri Langlois. A voir les affiches dans le métro, j’avais mis cette expo sur ma To do liste, et j’ai eu l’agréable surprise d’obtenir une contremarque grâce à MK2. J’allais donc découvrir l’exposition le lundi de Pâques après midi, vers 16h pendant que d’autres cherchaient les œufs en chocolat. L’affluence était très raisonnable, on ne se marchait pas trop dessus, et ce fut plutôt agréable de déambuler dans cette cinémathèque, que je ne connaissais pas de l’intérieur. Henri Langlois est une figure célèbre dans le milieu du cinéma, et pourtant, il m’était inconnu.

Henri Langlois a été le premier a « faire » de l’histoire du cinéma, à lui consacrer un musée du cinéma, beaucoup de jeunes réalisateurs ont fait leurs armes en regardant les films qu’il leur  » montrait ». L’exposition s’organise en sept thèmes, d’un hommage jusqu’aux premiers organigrammes qui ont mené à la conception de l’institution qu’est la cinémathèque, en passant par une grande frise chronologique retraçant non seulement le parcours de l’homme, mais aussi celui de son oeuvre. Cette partie m’a particulièrement plu, avec de belles photos et des explications intéressantes.

3

J’ai quand même été un tout petit peu déçue car je m’attendais à une scénographie plus inventive, plus folle, plus amusante. Je m’attendais à plus de peps et de vie, j’ai trouvé cela l’organisation des salles un peu trop scolaire. J’ai aimé la salle avec les tableaux superbes, pleine de couleur, et celle avec la projection de films plastiques remarquables. J’en garde un bon souvenir, la visite fut très agréable, avec de très belles pièces, qui a su montré le pont que souhaitait jeter Henri Langlois entre les arts. Il voyait le cinéma comme un art plastique, et c’est plutôt bien rendu. Je regrette de ne pas avoir été plus attentive aux films projetés en revanche.

4

C’est une exposition sympa, pas une de celle qui marquera mon année, mais sympa. Avantage non négligeable, en plein milieu de lundi férié, je n’ai pas attendu pour rentrer, ni poireauté pour jeter un œil aux œuvres. L’entrée est à 10€, ce qui est raisonnable, même si je l’ai trouvée un tout petit peu courte.

5

C’est où ? A la cinémathèque Française / 51 rue de Bercy – 75012 / Métro Bercy

Publicités

4 réflexions sur “Le musée imaginaire d’Henri Langlois – à la Cinémathèque

    • auroreinparis dit :

      En effet, même si j’ai été un tout petit peu déçue, elle vaut quand même le détour pr en savoir plus sur la naissance et l’histoire de la cinémathèque, à travers l’histoire de ce Mr 🙂

  1. Livy dit :

    Je pense y faire un saut cet été.
    J’ai souvent remarqué, à la Cinémathèque, que les expo’ n’ont pas une scénographie incroyable la plupart du temps. Mais la thématique, quant à elle, me semble valoir la peine. Tu confirmes ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s