Reality – Mateo Garrone

Le réalisateur de Gomorra revient sur les écrans de cinéma avec un film dérangeant. Luciano vit à Naples entouré de sa famille, tout d’abord sa femme, et sa fille ainsi qu’un tas de bonnes femmes aux airs de Mamas Italiennes. Il semble heureux entre sa poissonnerie, ses petites arnaques et les femmes qui l’entourent. Au cours d’un mariage dans un univers spécialement dédié à cela, un espèce de Disneyland pour les couples qui se marient, avec du faux et de l’artificiel partout, une ancienne star de la TV réalité vient faire son show auprès des deux tourtereaux, avant de repartir présenter le même cinéma à un autre couple. Luciano qui aime bien se travestir et faire rire sa famille le regarde avec autant d’étoiles dans les yeux que sa petite fille … Et si, lui aussi ?

Poussé par sa famille de déjantés, il passe le casting. Sans appel de la part de la production, il s’ enfonce dans un délire paranoïaque dans lequel il imagine que les gens de la Télévision l’espionnent, le suivent partout pour vérifier qu’il n’a pas menti lors du casting. Puis l’émission de TV réalité commence, sans lui … De là, le délire va s’accentuer, il tombe dans une profonde depression et est à deux doigts de perdre sa famille. Alors pour le coup, on est pas du tout dans la comédie. Il y a des moments amusants dans le début de l’histoire, mais la transformation de l’homme, la manière dont il s’enfonce dans son affabulation, est profondément dérangeante et j’ai souffert pour lui. Je ne peux pas dire que j’ai aimé le film. Il m’a dérangée.

Il faut savoir que le personnage principal Luciano est interprété par Aniello Arena qui n’est pas un comédien tout à fait comme les autres. En prison depuis 1993, c’est un condamné à perpétuité. Ayant commencé le théâtre en prison, cet art lui a permis de se transformer, et lui a ouvert les portes du cinéma. Mateo Garrone le voulait déjà pour Gomorra mais le rôle rappelait trop sa propre histoire et le pourquoi de sa condamnation et le juge y a opposé son véto. Mais cette fois-ci fut la bonne, Aniello Arena, véritable trublion, doté d’une palette d’émotions formidable, a su donner une âme à un personnage compliqué.

Si le film m’a dérangée, parfois agacée, j’ai aimé l’originalité de l’idée, la représentation de l’Italie du Sud, et la plongée d’un homme au fond d’un gouffre crée par l’illusion des paillettes et de la gloire facile.  L’acteur principal surtout a été une découverte majeure, il campe parfaitement son rôle et donne un ton naif et  un air de clown triste à son personnage. Le scénario reste toutefois un peu trop faible, certaines scènes redondantes m’ont ennuyée, et la dénonciation de la télé réalité m’a fortement lassée. Le film est trop long pour être marquant. C’est une réussite en demi teinte.

Publicités

2 réflexions sur “Reality – Mateo Garrone

  1. filou49 dit :

    le film avait été peu apprécié dans l’ensemble malgré son prix, mais depuis, la presse l’a bien mieux accueillie…visiblement la mise en scène vaut le détour, et le film emprunte beaucoup à la comédie italienne des années 50 60 , son age d’or… en fait le film l’intrigue mais je pense pas que je le verrais au cinoche…bonne journée à toi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s