De petites filles drôlement rigolotes aux 3 bornes

Les petites filles modernes

Ce soir je me suis rendue au théâtre des 3 bornes afin de voir Dana Letourneur et Justine Rémy nous jouer de réjouissantes petites filles modernes. Elles sont sœurs, presque orphelines. La mère, la « comtesse » a fichu le camp, et le père s’est éteint lorsque la porte a claqué. Elles sont deux, un an de différence, à s’élever dans leur grenier, à se raconter peines et joies, délires et fantasmes, dans leur cocon d’absence.  Les deux jeunes femmes se sont associées l’année dernière dans un projet d’écriture s’inspirant de Camille et Madeleine, Les petites filles modèles de la Comtesse de Ségur. Moi qui ai lu et relu cette œuvre dans ma tendre jeunesse, j’étais ravie de voir ce qu’elles pouvaient être dans ce 21ème siècle rugissant…

Un délice. Plus d’une heure de texte écrit comme un poème. Deux comédiennes différentes mais forte d’un jeu créatif, vivant, dramaturge et terriblement juste. Il y a Camille, l’ainée, interprétée par Dana Letourneur. Une fille aux grands yeux bleus de biche, rêveuse, dont les livres sont la seule ouverture sur un monde qui la terrifie. La comédienne m’a tiré les larmes des yeux au moment où les deux gamines, gamines qui ont déjà grandi, évoquent leur mère absente, la douleur béante de leur existence. C’est la jolie et pétillante Justine qui endosse à merveille le rôle de Madeleine. Pleine de pep’s , d’énergie, drôle et fringante, elle campe très justement la plus jeune des deux sœurs.

Cette pièce a entièrement été retranscrite par les deux comédiennes, transposée au 21 ème siècle. Elles en ont profité pour gommer l’entourage féminin dans lequel évolue Les petites filles modèles de la Comtesse de Ségur. Les deux mômes sont ici livrées à elles-mêmes, et le spectateur assiste à leur épanouissement, à leur accouchement dans la douleur, au passage de fille à femme dans un univers de divorce, et d’abandon. Comment se construire une identité de femme lorsque l’on a jamais connu sa mère ? Comme exercer un rôle d’épouse et de mère lorsqu’aucune figure maternelle n’a jamais bercé vos angoisses ? La pièce est un savant dosage de monologue aux vers hauts, et de dialogues truculents, drôles ou bouleversants. Le travail d’écriture a construit une jolie œuvre de gaité et de joliesse. Et le talent de comédienne de Justine et Dana achève d’envouter le spectateur. Elle font vibrer le texte, et la corde sensible de la salle !

Un conseil ? Courez-y. C’est au Théâtre des 3 bornes.
Métro : Goncourt, Parmentier ou Couronnes.
Quand : Les dimanches et lundi soir à 21h30.

Ps: Merci à toi ! Oui Toi !

Publicités

3 réflexions sur “De petites filles drôlement rigolotes aux 3 bornes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s