[Cinéma] Deux films coups de cœur en ce début Novembre

Un article récapitulatif mensuel arrivera bien à la fin du mois. Toutefois, je souhaitais vous présenter deux films vus cette semaine et qui m’ont particulièrement marquée. Ils risquent de ne pas rester très longtemps à l’affiche, et ça serait dommage de ne pas en parler à temps !

Et puis nous danserons – Levan Akin

L’histoire se déroule à Tbilissi, la capitale de la Géorgie, ce petit pays aux confins de l’Europe, posé sur les bords de la mer Noire, au sud de l’immense Russie. Merab pratique avec acharnement depuis sa plus tendre enfance, la danse Géorgienne et rêve d’entrer dans le ballet national. Mais son terrible professeur lui explique comme cette danse exprime la virilité, alors qu’il faut bien le reconnaître, les mouvements du jeune homme sont d’une grâce plus douce qu’il ne faudrait. C’est la terrible et sublime histoire de l’éveil à l’amour et à la sexualité. Une sexualité taboue dans un pays au fort pouvoir religieux qui considère encore l’homosexualité comme une déviance majeure, alors même que juridiquement le pays a profondément évolué. J’ai aimé la beauté des plans sur les corps des danseurs, la photographie dans les tons orangés, les scènes de danse bouleversantes, les scènes d’amour qui ne le sont pas moins. C’est brutal, mais très beau. 

Ce qui m’a donné envie de le voir : La bande annonce 


Pour sama – Waad al-Kateab

Situons le contexte. En 2016, Alep Est est en état de siège. Le régime et son allié Russe bombardent les quartiers traumatisés de la ville pour débusquer les rebelles. Waad et Hamza ont donné naissance à Sama, et portent à bout de bras, avec d’autres incroyables humains, un hôpital créé par le médecin. Au fil des images tournées par la jeune journaliste, depuis les premiers jours de la révolution jusqu’à la fin du siège en décembre 2016, les émotions les plus bouleversantes nous traversent. Attention, vous verrez des corps, du sang, des larmes. Vous serez traversé par la tristesse la plus profonde. La colère. Et aussi, tellement, tellement d’amour. Pour ces gens qui en sauvent d’autres, pour ceux qui rient et font rire leurs enfants alors que pleuvent les bombes, et que l’on travaille à les détruire. Peu importe la politique, vos idées sur Bachar El Assad et la Syrie, ce couple et ceux qui les entourent nous inculquent une leçon de vie, de courage et de joie comme j’en ai rarement vue. Je suis sortie bouleversée mais si reconnaissante. J’en ai les mains qui tremblent, et les larmes aux yeux en écrivant ces mots.

Ce qui m’a donné envie de le voir : La bande annonce 

 

Publicités

12 réflexions sur “[Cinéma] Deux films coups de cœur en ce début Novembre

  1. Pascale dit :

    J’ai vu le premier et je partage ton avis. Triste et beau et ces scènes de danse sont magnifiques ainsi que toutes les musiques, le chœur d’hommes à un moment. Superbe découverte.
    Fonce voir J’ai perdu mon corps. Tu vas chavirer.

    • auroreinparis dit :

      Oui elles sont superbes, et cet amour un peu fou aussi. Je l’ai vraiment trouvé bien réalisé ce film !
      J’ai vu « J’ai perdu mon corps », ça ne sera pas un coup de coeur mais il m’a pris aux tripes oui. Je pense juste que je suis moins sensible quand c’est une animation, même si j’ai trouvé cette main esseulée bien mignonne 🙂

  2. Pascale dit :

    Ah oui… mignonne parce que pas effrayante, ok. La scène du bébé, jadore.
    Elle est terrifiée parfois cette main. On a presque l’impression de l’entendre haleter.
    Et ce couple, n’est il pas magnifique ?
    Et quel superbe casting de voix !!!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s