Elle – Paul Verhoeven

1ElleSa bande annonce anxiogène et ambiguë m’avait attirée en salle. Michelle est « Elle », une femme vivant seule dans une grande maison, ayant crée son entreprise de jeux vidéos avec une amie, divorcée mais restée proche de son ex, attirée par son voisin, lassée par son amant. Victime d’une violente agression, elle ne porte pas plainte et continue sa vie comme si de rien n’était, si ce n’est qu’elle dort avec une hache et cherche avec ardeur son assaillant. Sans compter une relation difficile avec sa mère et un père en prison à perpétuité. A noter que son fils est un peu un raté et qu’elle déteste sa belle fille.

Ça en fait des choses pour une seule personne, une personne étrange, qui semble tellement forte qu’elle en parait insensible. Au fil du temps se noue même une relation malsaine avec son agresseur. J’étais septique en sortant du cinéma, sans pouvoir dire si j’avais ou non aimé. Avec le recul il m’a semblé que le réalisateur avait lancé différentes pistes, exploré différents thèmes sans creuser en profondeur l’un d’eux, si ce n’est cette relation ambiguë et conflictuelle que Michelle entretient avec les hommes, et qu’elle semble traîner depuis l’enfance à cause de son meurtrier de papa. Jusqu’au deux tiers du film le thriller est haletant, oppressant, mais lorsqu’il vire au tout psychologique, il commence à patiner.

Le rythme est saccadé, un peu dérangeant, à l’image de l’héroïne qu’il est difficile de cerner. Le casting de ‘Elle » est excellent, notamment Isabelle Huppert campant un personnage complexe, en souffrance et forte à la fois et Laurent Laffite  méconnaissable dans un rôle à deux visages. Cynisme, perversion, sexualisation des personnages, « Elle » est perturbant, dérangeant, et met mal à l’aise. Si je ne suis pas convaincue par la fin et lui trouve trop de longueurs pour le considérer comme un uppercut cinématographique, ce dernier né de Paul Verhoeven est réalisé avec une maîtrise du suspens, et une véritable intelligence, offrant à Isabelle Huppert un rôle d’une complexité folle.

Grinçant et tordu, « Elle » n’est pas à mettre devant tous les yeux, mais il vaut pour sa réalisation et Isabelle Huppert.

Publicités

7 réflexions sur “Elle – Paul Verhoeven

  1. amandinedismoimedia dit :

    Je suis la carrière de Lafitte avec beaucoup d’attention, ce film m’a l’air assez envoûtant avec le magnétisme froid d’Huppert et le rôle de Laurent sort de ses habitudes. Tu m’as convaincu !

  2. dasola dit :

    Bonjour Auroreinparis, j’ai beaucoup aimé ce film qui ne m’a pas perturbée plus que cela. Huppert est grandissime. Bonne après-midi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s