L’histoire du géant timide & Merci Patron !

1L’histoire du géant timide – Dagur Kari : Présenté par Coppola père, ce film m’intriguait. Sise au cœur de l’Islande, l’histoire racontée est celle d’un homme isolé, souvent moqué par ses pairs, et dont le cœur va se trouver subjugué par une autre âme perdue. L’histoire du géant timide est relativement lent, fait de nombreux plans fixes sur le visage de son personnage principal. Il est à la fois touchant et gênant, émouvant et triste, plein d’espoir et beau. J’en ai aimé l’image, le rythme lent comme la démarche de ce géant timide. L’action n’est pas à son comble et pourtant, je me suis sentie happée dans l’univers de ce personnage atypique.

A la fois comédie romantique et dramatique, le film repose tout entier sur les épaules de son personnage central, ce géant doux, tendre, aux grands yeux tristes. Il y a là avant tout un beau personnage en ce Fusi, plus qu’un beau film. Tout en retenu, sur la corde raide entre l’espoir, le bonheur et la solitude, la réalisation rend bien cette fragilité de cet être, pourtant montagne de chair. Pesant comme un ciel de traîne et léger comme un flocon, le spectateur se trouve touché par le charme de cette fable douce amère. Une jolie surprise.

91021161_629880Merci patron – François Ruffin : Dans un tout autre registre, nous nous sommes rendus au MK2 Beaubourg un dimanche en fin d’après midi pour voir un documentaire un peu particulier. Je ne m’y attendais pas, mais la salle était comble pour suivre les aventures de Ruffin, fondateur du journal Picard « Fakir », dans sa lutte pour rendre le patron d’LVMH plus humain. Très engagé mais néanmoins truffé d’humour, ce documentaire est une réflexion très intéressante sur notre société capitaliste et ceux qui la dirigent.

Son combat, dans cette enquête, est le sort de la famille kLur, licenciés d’une filiale du groupe LVMH qui fabriquaient des costumes Kenzo dans l’usine de Poix-du-Nord jusqu’à sa délocalisation en Pologne. C’est avec un humour ravageur et une bonne humeur contagieuse que cet espèce de Robin des bois poursuit son entreprise de dénonciation. Je le concède, c’est absolument jouissif de voir les petites gens entuber le géant, le couple dégage une vraie tendresse et le spectateur se prend totalement au jeu. Une véritable réussite, offensif, très malin et jubilatoire. Je vous le recommande vivement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s