American nightmare (The Purge) – James DeMonaco

21010443_20130802122346322.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxLa bande annonce m’avait laissée perplexe, les nombreuses critiques m’incitaient à ne pas aller le voir, et le hasard m’a fait me retrouver dans une salle obscure à regarder ce film. Dans l’Amérique de l’année 2022, on effectue chaque année une purge, afin de libérer l’agressivité de chaque citoyen une bonne fois pour toute l’année. Cela permettrait de réduire la criminalité, et purifierait les âmes … La purge c’est une fois dans l’année, une nuit d’horreur où tous les crimes sont permis, jusqu’au meurtre en passant par la torture.

L’idée de départ est originale et fait extrêmement froid dans le dos. J’ai aimé les images de vidéosurveillance des purges des années précédentes, en revanche, dès le début, il y a un problème. On va suivre une famille en huis clôt, qui plus est une famille qui vit dans une villa ultra sécurisée. Dès lors tout est tiré par les cheveux. Du petit ami qui shoote le père jusqu’à l’arrivée des voisins. La salle a ri ! Je ne plaisante pas, le public a applaudi et ri comme devant une bonne comédie Américaine. Avouez que pour le côté horreur on repassera …

Il aurait été tellement plus intelligent de filmer l’horreur au dehors plutôt que cette petite famille proprette. On s’ennuie, rien n’est crédible, on ne s’attache pas une seconde aux membres de cette famille. Je salue l’idée de départ, très intéressante et le début du film, lorsque l’on voit la famille se préparer, ensuite c’est la parfaite débandade. J’ai eu mal au ventre mais surtout à imaginer si c’était vrai, je suis sortie du film pour me faire peur parce qu’il ne faut pas compter non plus sur les acteurs pour rattraper le tout !

Ethan Hawke lui même est assez caricatural en chef de famille aimant, et protégeant sa petite famille. Moi qui suis une trouillarde finie, je n’ai pas ressenti d’angoisse lors de l’attaque de leur grosse demeure. Si l’on retire les premières minutes, on a là un film dans lequel une famille est attaquée par des méchants comme il y en a eu pléthore et des mieux réalisés.

Vous avez compris l’idée, le scénario est d’une platitude absolue alors qu’il y avait matière à faire un film extraordinaire , donc ne dépensez pas 10 euros pour confirmer ce que je vous dis,  téléchargez le (légalement bien sur) !

Publicités

11 réflexions sur “American nightmare (The Purge) – James DeMonaco

  1. groniec dit :

    Ah la déception! D’une il faut que je me bouge trop loin pour aller le voir en VO et de deux c’est de la merde! Tant pis, j’irai voir Oggy et les cafards!

  2. potzina dit :

    Ah dommage ! Le pitch me tentait bien et la bande-annonce aussi. Je crois que je vais t’écouter et garder mon pognon. Au mieux, je le verrai en DVD 😀

  3. BlablaYA dit :

    Ah zut ! Justement, les affiche dans le métro m’intriguaient, forcément. Et quand on m’a parlé du sujet du film, j’ai trouvé ça intéressant. Mais moi qui flippe vachement et qui ne supporte pas trop de violence à l’écran, je m’étais dit que ce n’était pas pour moi. Si en plus tu dis que c’est grotesque, alors je n’irai pas ! Dommage l’idée est vraiment super.

  4. Mademoiselle Catherine dit :

    Hé hé http://happyplace.someecards.com/24354/5-quick-questions-wed-like-to-ask-the-movie-the-purge 😉

    (j’avoue ne pas l’avoir vu, justement à cause de ce côté huis clos – un genre que pourtant j’aime énormément – qui me semblait peu propice à l’idée. En revanche, je ne comprendrai jamais pourquoi certains distributeurs s’acharnent à traduire un bon titre en anglais par un autre titre en anglais – parfaitement médiocre – pour le marché français)

  5. LeLecteur dit :

    L’erreur aura probablement été de marketer ce film comme un produit d’horreur. Si le film est violent, il n’en est pas moins ancré dans le quotidien banal d’un quartier résidentiel où tout le monde est beau et bien élevé. Une image de l’American Dream.
    Ce changement de titre n’est pas forcément malvenu, pour une fois, puisque nous assistons à une journée où le citoyen US lambda peut donner vie à ses mauvais penchants et libérer sa propre violence intérieure. Et nous, habitants d’un vieux continent, qui regardons vers eux avec une certaine admiration, avons une vision d’un vrai cauchemar américain.

    • auroreinparis dit :

      L’idée est saisissante, effectivement. Le changement de titre vu comme ça n’est pas forcément une hérésie et colle au film. The purge ferait davantage penser à un pseudo nettoyage , et le huis clos ne correspond pas à l’idée que je m’en fais !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s