Dans la maison, le dernier Ozon

Après des films sympas mais sans grande valeur ajouté, comme Potiche, François Ozon nous revient dans un film très psychologique, à grilles de lecture multiples, truffé de références littéraires et mythologiques, jalonné de questions et de doutes. Je suis sortie de la salle de cinéma fascinée et complètement empreinte des images et de ce scénario  et n’ai pas réussi à m’arrêter de cogiter, en trouvant à chaque fois de nouvelles pistes de réflexion  Tout commence le jour de la rentrée des classes, à partir de laquelle la caméra va suivre un professeur de français blasé, et un jeune homme particulièrement brillant mais plus versé dans la matière scientifique. Entre eux deux, des personnages secondaires qui vont nourrir leurs fantasmes et leur imaginaires. Lire la suite

Publicités